Articles similaires

Nationale

#TITRE

143

Les cinq candidats face à leur destin

16 novembre 2019 | 19:00

Les cinq candidats à la présidentielle du 12 décembre 2019 (Abdelmadjid Tebboune, Ali Benflis, Azzedine Mihoubi, Abdelkader Bengrina et Abdelaziz Belaïd) qui vont inaugurer ce dimanche la campagne électorale qui durera vingt-et-un jours, ont signé hier au siège de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), la charte d’éthique des pratiques électorales. Cette charte expose les principes directeurs et les pratiques particulières qui forment le cadre du comportement moral attendu des acteurs et personnes participant au processus électoral.

Le document édicte d’abord les principes démocratiques de base, dont le droit de se porter candidat et le droit de vote sans intimidation. Il souligne également le caractère secret du vote, la transparence du financement des campagnes électorales, la neutralité de l’institution en charge des élections à travers ses démembrements et divers services administratifs : « Ces derniers doivent s’engager à s’astreindre au respect d’impartialité et de traitement équitable des candidats. De même qu’ils doivent « s’interdire tout comportement » susceptible d’altérer ces principes. Les candidats et leurs partis « s’engagent à ne faire que des déclarations publiques et véridiques, s’abstenir de tout propos diffamatoire, insultes ou invectives envers un autre candidat ou acteur du processus électoral ».

Ils doivent s’abstenir aussi de « toute déclaration erronée » concernant les résultats officiels du scrutin. En outre, les candidats et les partis politiques s’engagent au respect des réunions et des programmes des meetings de campagne validés par l’ANIE. S’y ajoute le respect strict des espaces publicitaires et des modalités y afférentes durant la campagne électorale. Ils s’engagent aussi à « s’abstenir de tout usage malveillant des attributs de l’Etat et à respecter l’interdiction d’utilisation, sous quelque forme que ce soit, des lieux de culte, des institutions et administrations publiques, de même que des établissements d’éducation, d’enseignement et de formation à des fins de propagande électorale ». S’interdire toute action susceptible de perturber le bon déroulement de la campagne électorale ou encore l’utilisation de moyens détournés pour contraindre ou inciter à voter, fait partie également des engagements des candidats et des partis, qui ne doivent pas en outre recourir, en période de campagne électorale, à l’utilisation des moyens et privilèges dont ils disposent au titre de leur position ou fonction. Évoquant le contenu de cette charte d’éthique, le chargé de communication de l’ANIE, Ali Draâ, a indiqué qu’il s’agit, entre autres, d’engagements qui soulignent l’obligation pour les candidats et les partis qui participent aux élections de « faire des déclarations véridiques, de s’abstenir de tous propos diffamatoires, insultes ou invectives envers d’autres candidats ou acteurs du processus électoral ». Après avoir signé la charte d’éthique, les cinq candidats à la présidentielle ont commenté le document : Abdelaziz Belaid a indiqué que la charte d’éthique « est le point de convergence de tous les candidats ». Pour Bengrina, les candidats à ces élections « sont des adversaires pour le poste de Président et non des ennemis ».

Ali Benflis a, de son côté, estimé que cette charte « va contribuer à l’intégrité de ces élections », tandis que Tebboune assurait que cette charte « va contribuer à construire une Algérie démocratique intègre et propre ». Enfin, Azzedine Mihoubi souligne que cette charte « est un véritable contrat moral entre les candidats et le peuple ».

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter