Articles similaires

Nationale

#TITRE

238

Les activités du crime représentent 3,6% du PIB de quinze pays africains

10 avril 2018 | 00:01

Un rapport de février 2018, établi par les organismes régionaux et internationaux luttant contre le terrorisme et son financement, indique que les activités du crime organisé représentent 3,6% du PIB de quinze pays de l’Afrique de l’Ouest. Ce chiffre a été communiqué hier lors de la conférence internationale sur la lutte contre le financement du terrorisme qui se tient sur deux jours, les 9 et 10 avril au Centre international des conférences (CIC- Alger). C’est le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, qui a présidé les travaux de cette réunion de haut niveau co-organisée par l’Algérie et l’Union africaine (UA), et qui verra la participation de trente pays. Lors de son intervention, Messahel a mis en exergue la dangerosité de l’argent en tant qu’ « arme principale » pour la guerre menée par le terrorisme transnational, précisant que ce financement est estimé à plus d’un milliard de dollars dans la région du Sahel selon les rapports de l’ONU.

Il a observé, à ce propos, que les ressources financières viennent soutenir la propagande idéologique des groupes terroristes qui usent de tous les moyens, notamment le « darknet » et les plateformes cryptées pour « radicaliser » et enrôler le plus grand nombre possible parmi les populations vulnérables. D’où l’objectif de cette rencontre rassemblant, enchaîne-t-il, les représentants de divers organismes régionaux et internationaux concernés par la lutte contre le terrorisme en vue d’exposer et d’examiner les différentes thèses et expertises permettant de contrer le financement de celui-ci.

Onze typologies de sources de financement

Dans le même sillage, Messahel a souligné le rôle important du GIABA (Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’agent en Afrique) qui définit plus de onze typologies de sources de financement du terrorisme, citant entre autres les prélèvements caritatifs, la prise d’otages contre rançon, la contrebande d’armes, le trafic de drogue, le transfert de fonds et la migration clandestine.

Tout en rappelant l’engagement irréversible de l’Algérie dans la lutte globale contre ce phénomène, le ministre des AE a tenu à préciser que cette conférence s’inscrit dans le cadre de la mission confiée au président de la République par ses pairs africains, en tant que coordonnateur de l’UA pour la prévention de l’extrémisme violent et du terrorisme. Messahel a évoqué également les efforts au niveau continental, faisant référence à un important travail de sensibilisation sur la criminalité transnationale mené par les pays africains. Il a mis l’accent sur la nécessité de développer une stratégie inclusive en Afrique, visant à tarir les multiples sources de financement du terrorisme pour éradiquer ce fléau. Pour ce faire il est impératif, à son sens, de prendre les mesures juridiques requises à l’échelle continentale et internationale en adoptant des lois permettant de lutter contre le terrorisme et le crime organisé. Cette conférence sera sanctionnée par un ensemble de recommandations pour préparer une rencontre similaire prévue en juillet prochain à Nouakchott, a fait savoir le ministre.

Par ailleurs, le représentant de l’UA et directeur également du Centre africain d’études et de recherche contre le terrorisme (CAERT), Idriss Lallali, a estimé que cette

conférence s’inscrit en droite ligne dans la politique globale de l’UA pour mettre un terme au terrorisme, qui constitue une menace compromettant la stabilité des pays. Elle tend, de ce fait, à décortiquer ce phénomène pour y trouver les solutions idoines, a-t-il avancé.

Pour ce qui est de l’ordre de jour de cette manifestation sécuritaire d’envergure régionale et internationale, plusieurs ateliers sont prévus en sept sections. Ils seront animés par les experts en questions sécuritaires et représentants de plusieurs organismes activant dans la lutte contre le terrorisme tels l’ONU, le GIABA, Interpol, Afripol, Europol…

Il est question d’examiner la situation du financement du terrorisme en Afrique, d’évoquer les bonnes pratiques et cadres juridique et politique pour la lutte contre son financement. Les méthodes et techniques de financement du terrorisme figurent aussi au programme, suivies d’un atelier traitant du renforcement des capacités pour contrer ce financement.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter