Monde

#TITRE

355

Les USA utilisent la Chine pour attaquer Pyongyang

8 mai 2017 | 21:34
R. I.

Les États-Unis ont renoncé à l’idée de frappes préventives contre la Corée du Nord en pariant sur la pression économique et politique contre le régime nord-coréen.

Cette stratégie présentée le 26 avril pendant une réunion à huis clos sur la Corée du Nord correspond parfaitement, selon des sources diplomatiques russes, à ce qu’avait annoncé le secrétaire d’État américain Rex Tillerson à ses collègues russes lors de sa récente visite à Moscou.

La balle est désormais dans le camp de la Chine, qui est appelée à jouer un rôle central en adoptant des sanctions économiques contre Pyongyang. 

D’ailleurs, Pékin a déjà exercé une telle pression par le passé. Moscou pourrait également influencer la situation, avait déclaré Tillerson à l’issue de sa visite en Russie. Mercredi, la Maison blanche a accueilli une réunion extraordinaire : Rex Tillerson, le chef du Pentagone James Mattis, le directeur du renseignement national Dan Coats et le chef d’État-Major des armées des États-Unis Joseph Dunford ont convoqué une centaine de sénateurs pour une réunion à huis clos sur la Corée du Nord.

L’éventuelle frappe préventive des USA suite aux essais nucléaires et balistiques de plus en plus fréquents de Pyongyang n’a même pas été évoquée : l’administration de Donald Trump est passée à la tactique du « durcissement des sanctions économiques » et à la « mise en œuvre de mesures diplomatiques » avec ses alliés et partenaires régionaux pour « faire pression sur la Corée du Nord ».

Cela s’inscrit dans la logique de ce qu’avait dit Tillerson à Moscou : selon les sources diplomatiques russes, lors de sa récente visite en Russie le secrétaire d’État américain avait déclaré que Washington n’avait pas l’intention de porter une frappe préventive contre la Corée du Nord mais qu’il ne comptait pas non plus tolérer les provocations de Pyongyang. A en juger par les récents événements, le plan des Américains a porté ses fruits. Premièrement, Pyongyang n’a pas organisé de nouvel essai nucléaire.

Deuxièmement, la Chine (qui contrôle près de 90% du commerce extérieur de la Corée du Nord, sachant que le commerce des compagnies chinoises et nord-coréennes apporte au Trésor de Pyongyang jusqu’à 40% de recettes de change) a visiblement enfin décidé de faire pression sur la Corée du Nord par des sanctions économiques, notamment par un embargo énergétique.
Toutefois, la légère détente sur la péninsule coréenne ne signifie pas que le problème du programme nucléaire nord-coréen se réglera de lui-même.

Le ministère russe des Affaires étrangères pense que pour régler cette question « il faut continuer de faire pression sur Pyongyang et réduire l’activité militaire des USA et de leurs partenaires dans la région ».

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter