Articles similaires

Nationale

#TITRE

165

Les Constantinois résistent et insistent sur le départ des deux « B »

14 juin 2019 | 20:46

Bien qu’elle se soit ébranlée de plusieurs points du centre de la cité constantinoise, mais tardivement cette fois-ci comparativement à celles l’ayant précédée, la dix-septième marche du vendredi a tout de même eu lieu. Ils étaient des centaines à battre le pavé pour « rappeler » surtout au vice-ministre de la Défense, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, son engagement à soutenir leurs revendications et surtout à accompagner leur démarche. Le pic de la canicule ayant atteint son maximum au moment où le soleil était au zénith avait pour ainsi dire remis à plus d’une heure, soit vers quinze heures, le coup d’envoi de la marche hebdomadaire. Si l’actualité « brûlante » de cette fin de semaine a été pour beaucoup « rassurante », ils étaient des centaines à s’accrocher à leur revendication « yetnahaw gaâ »

Les placements en mandat de dépôt et les mises sous contrôle judiciaire de certaines figures du système « corrompu et corrupteur » « érigé » par le président déchu laissent toujours sceptiques les plus aguerris des manifestants de la capitale de l’Est.

Le maintien de deux parmi « El Issaba » et non moins complices de tout ce beau monde traîné devant les tribunaux durant la semaine écoulée, les deux « B » en l’occurrence, Abdelkader Bensalah et Noureddine Bedoui, n’est pas pour rassurer. Poussant certains à qualfier carrément de pièce théâtrale montée pour diviser les manifestants et semer la zizanie au sein du mouvement populaire.

« Djazaïr Houra Dimucratya », « Dawla madanya machi askarya » étaient entre autres les slogans scandés par les marcheurs, comme pour rappeler au chef d’état-major qu’ils tiennent à ce que la gouvernance du « futur » Etat algérien auquel ils aspirent revienne aux civils.

Les habituels débats improvisés au centre-ville ont par ailleurs fait ressortir que beaucoup adhéraient à l’idée de la tenue de la rencontre prévue à la fin du mois en cours entre représentants de la société civile, partis politiques et syndicats et qui sera surtout rehaussée par la présence de personnalités nationales conviées, à l’image de Taleb Ibrahimi, Khatib et Benbitour. Au moment où d’autres louent déjà l’initiative née en parallèle d’un consensus entre représentants de la société civile et comités universitaires visant pour sa part à dégager une représentativité locale qui, de son côté, mettra en place une commission nationale à même de constituer un interlocuteur fiable. L’adhésion des uns et le souhait des autres a en tout état de cause semblé converger vers le même but : Dégager au plus tôt un interlocuteur porte-voix des revendications populaires.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter