Articles similaires

Nationale

#TITRE

226

Le volume des échanges commerciaux loin des attentes

10 avril 2018 | 23:33
commerce Lilia Ait Akli


Le volume des échanges commerciaux entre l’Algérie et la Pologne ne reflète pas la volonté des deux pays. C’est ce qu’a affirmé ce mardi la directrice générale de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI), Behloul Ouahiba, lors de la journée d’affaires algéro-polonaise organisée au siège de la CACI.


En effet, ces échanges n’ont pas dépassé 600 millions de dollars pour l’année 2017. Plus de 450 millions viennent des importations de l’Algérie de la Pologne, et les exportations de l’Algérie vers ce pays n’ont pas dépassé 22 millions de dollars. « Malgré les avancées enregistrées en termes d’échanges commerciaux entre les deux pays, beaucoup reste à faire », a fait savoir Mme Behloul, qui a précisé que « pour les deux premiers mois de 2018, le volume des échanges a dépassé 30 millions de dollars, principalement issus de l’importation ». C’est dans le même ordre d’idées qu’elle a dit que « l’Algérie ne devrait plus être un marché mais une terre d’investissement ». D’où l’importance de développer des partenariats avec les entreprises étrangères, notamment polonaises, mais avec une dimension d’exportation, principalement vers le marché africain.


La DG de la CACI estime que les économies des deux pays sont complémentaires, et il y a plusieurs secteurs porteurs, comme ceux des TIC, de l’automobile, du traitement des déchets, de la chaussure… « Ce sont des secteurs où nous pouvons développer des partenariats », a-t-elle précisé. Elle a rappelé le rôle de la CACI dans la recherche des opportunités d’affaires, diversifiées en vue d’augmenter les exportations de l’Algérie et la conquête de nouveaux marchés. L’ambassadeur de Pologne en Algérie, Witold Spirydowicz, a souligné de son côté la priorité de l’Algérie pour son pays dans le continent africain. « L’Algérie figure parmi nos partenaires prioritaires sur le plan économique », a-t-il dit, mettant en avant le potentiel économique dont dispose l’Algérie. S’agissant de cette rencontre, le diplomate estime que « c’est une occasion pour stimuler la coopération bilatérale », et ce, « malgré la période difficile que traverse ce pays sur le plan financier ». Cela, ajoute-t-il, « n’a pas fait perdre aux entreprises polonaises l’intérêt de ce marché ». Il a fait savoir que les entreprises de son pays veulent développer la coopération avec les partenaires algériens, sans toutefois manquer de souligner le fait que « la règle 51/49 constitue un obstacle devant les investisseurs qui affichent une certaine réticence ». Il a néanmoins exprimé sa compréhension face à cette mesure qui vise à protéger l’économie du pays. Les conseillers chargés des affaires économiques et agricoles de la Pologne en Algérie ont présenté de leur côté les conditions d’installation d’entreprises étrangères dans ce pays de l’Europe de l’Est, ainsi que le climat des affaires. Ils ont présenté les filières phare de leur pays, à l’instar de la production de meubles, de la construction de bateaux de plaisance, de l’agroalimentaire… « L’huile d’olive et la datte algériennes, qui sont de grande qualité, ont leur place sur le marché polonais et représentent une réelle opportunité d’affaires », a indiqué Rafal Razny, chargé des affaires agricoles. Il invite dans ce sens les investisseurs algériens à investir en Pologne et à placer ces produits sur le marché local.


Un autre rendez-vous est déjà pris pour le 23 de ce mois, où une délégation d’hommes d’affaires polonais, représentant plusieurs secteurs d’activités, est attendue en Algérie dans le but de rechercher et d’étudier les possibilités de partenariat. Elle sera une occasion de rapprocher les communautés d’affaires.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter