Sports

#TITRE

350

« Le vécu de Rajevac en Afrique m’a convaincu à l’engager »

3 septembre 2016 | 19:11
Rédaction JI

Le président de la fédération algérienne de football (FAF) Mohamed Raouraoua a affirmé vendredi que le vécu du nouveau sélectionneur national le Serbe Milovan Rajevac l’avait convaincu à l’engager, en remplacement du Français Christian Gourcuff, dont le contrat a été résilié à sa demande, début avril. »

Je suis convaincu de mon choix pour Rajevac qui a un vécu en Afrique et cela m’a incité à l’engager.

Il fallait quelqu’un qui a une certaine expérience en Afrique, chercher un autre qui n’a aucun vécu au continent aurait été un gros problème », a indiqué le président de la FAF sur les ondes de la radio nationale.

Rajevac a succédé le 26 juin dernier au Français Christian Gourcuff, dont le contrat a été résilié à sa demande, début avril. Rajevac avait notamment dirigé la sélection ghanéenne avec laquelle il a perdu la finale de la Coupe d’Afrique de 2010 en Angola et atteint les quarts de finale de la Coupe du monde de la même année en Afrique du Sud. »

Son passage réussi avec le Ghana était mon premier critère de choix. Son expérience en Coupes d’Afrique et surtout au mondial 2010 où il avait failli mener le Ghana au dernier carré, m’ont convaincu », a-t-il ajouté. Et d’enchaîner : « Au delà de tout ça, l’école de l’Europe de l’Est nous est très proche et nous convient parfaitement par rapport à celle de l’occident. ça correspond à notre vision », a-t-il expliqué.

Interrogé sur le problème de langue et le contact entre Rajevac et les joueurs, Raouraoua relativise. »La langue n’est pas un problème de communication, il y’a un interprète serbo-suisse qui est également l’assistant de Rajevac. Il y’a des joueurs qui communiquent avec lui en anglais. Le football est universel, donc ça ne pose aucun problème à mon sens ».

Poursuivant dans la défense de son choix pour Rajevac, Raouraoua a estimé que les quatre années passées par le technicien serbe loin des terrains ne représentent pas un handicap pour lui. »Il n’était pas au chômage, il formait des entraîneurs », s’est contenté à dire, réitérant l’objectif qui lui a été assigné « à savoir atteindre le dernier carré de la prochaine Coupe d’Afrique des nations CAN-2017 au Gabon et qualifier l’Algérie au Mondial-2018 en Russie ». 

Notre objectif est le dernier carré de la CAN-2017, mais notre aspiration est de remporter le trophée. Toutefois, l’environnement est difficile en Afrique, les joueurs vont se trouver dans des conditions autres que celles vécues avec leurs clubs ».

« La sélection olympique aurait pu passer aux quarts de finale »

Le président de la fédération algérienne de football (FAF) Mohamed Raouraoua a regretté vendredi la sortie de la sélection nationale des U-23 aux Jeux olympiques JO-2016 de Rio de Janeiro, éliminée dès le premier tour du tournoi, évoquant « un goût d’inachevé ». « Cette élimination me laisse un goût d’inachevé. Nous nous sommes aperçu que nous pouvons faire des progrès avec des joueurs locaux, mais sous certaines conditions. 

L’équipe aurait pu passer aux quarts de finale, ce qui a manqué à ce groupe c’est de passer de la naïveté à l’esprit professionnel », a indiqué le président de la FAF sur les ondes de la radio nationale.

Avec deux défaites face au Honduras (3-2) et l’Argentine (2-1) et un match nul devant le Portugal (1-1), la sélection nationale, sous la conduite de l’entraîneur suisse
Pierre-André Schurmann a raté son retour sur la scène olympique, 36 ans après sa dernière participation aux JO-1980 de Moscou. »

Cette équipe a bénéficié de tous les moyens dans sa préparation. Les joueurs ont capitalisé une expérience à travers les matchs amicaux mais il leur manqué ce plus. Il y’a des joueurs de talent qui se sont illustrés tel que Ferhani, retenu aujourd’hui en équipe première », a-t-il ajouté.

Le président de l’instance fédérale n’a pas omis de remettre en cause la poste-formation reçue par ces joueurs au niveau de leurs clubs. »La poste formation que devaient recevoir les joueurs au niveau de leurs clubs n’était pas à la hauteur », a-t-il déploré.

Des entraîneurs étrangers à la tête des sélections U-20 et U-17

Le président de la fédération algérienne de football (FAF) Mohamed Raouraoua a annoncé la désignation prochaine de techniciens étrangers à la tête de la sélection des moins de 20 ans (U-20) et celle des U-17, éliminées respectivement aux éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations CAN-2017 de leurs catégories respectives. »

Il y aura des entraîneurs étrangers à la tête de ces deux sélections, c’est une option qui est déjà prise. Nous allons prendre les meilleurs qui vont nous permettre d’évoluer.

Un étranger avec des techniciens algériens comme adjoints est déjà évoqué, comme chez l’équipe première », a affirmé Raouraoua sur les ondes de la radio nationale. La sélection des U-20, sous la houlette de Mohamed Mekhazni s’est fait éliminer dès le 1er tour face à la Mauritanie (aller 2-1, retour 2-0) alors que l’équipe des U-17, avec Saber Bensmain, a été sortie par le Gabon au 2e tour des éliminatoires (aller 0-0, retour 1-0).

Par ailleurs, Raouraoua a évoqué le projet de l’installation d’une direction des équipes nationales (DEN), comme annoncé lors du dernier bureau fédéral, dans l’objectif d’assurer « une gestion spécifique des sélections nationales et notamment les jeunes afin d’obtenir les meilleurs résultats ».

Le profil ?, un technicien de haut niveau de préférence un local pour diriger cette structure, mais si nous ne
trouvons pas, je serai obligé de me rabattre sur un étranger », a indiqué le président de la FAF.

La décision de la création d’une DTN a été prise suite au rapport de la direction technique nationale (DTN), après l’élimination des équipes U-20 et U-17.Dans le même registre, Raouraoua a regretté les « lenteurs administratives » pour la relance de l’Académie de la FAF. »

Le premier problème que nous avons rencontré est celui relatif au site d’accueil, nous avons décidé de bâtir un nouveau bâtiment à Sidi Moussa pour héberger les futurs jeunes stagiaires en internat qui seront au total 80 entre footballeurs et techniciens.

Nous devons maintenant régler le problème de l’autorisation de construction qui ne devrait pas tarder à nous parvenir », a-t-il conclu.

Prochaine signature d’une convention avec la fédération française

La fédération algérienne de football (FAF) signera prochainement une convention avec son homologue française dans le cadre de la formation des entraîneurs, a annoncé vendredi le président de la fédération algérienne (FAF) Mohamed Raouraoua. »

Nous allons signer une convention avec la fédération française (FFF) dans le cadre de la formation de plus de 300 techniciens algériens, à qui on va leur octroyer un diplôme reconnu par les instances mondiales et notamment européenne », a affirmé Raouraoua. Il s’agit de la première convention qui sera signée entre les deux fédérations dans le domaine de la formation des entraîneurs.

Auparavant, la FFF assurait la formation des préparateurs physiques à travers des 4 cycles de formation tenus depuis janvier 2016. »J’attends la visite du président de la FFF Noël Le Graët à Alger pour officialiser cette convention qui nous sera très bénéfique », a conclu Raouraoua sur les ondes de la radio nationale.

Retrait progressif des policiers des stades : Raouraoua annonce de nouvelles mesures

Le président de la fédération algérienne de football (FAF) Mohamed Raouraoua a affirmé vendredi que les policiers vont réapparaître de nouveau dans les stades algériens « mais avec un nombre toujours limité » au niveau notamment des tribunes et des accès. »

Au vu de ce qui s’est passé lors des deux premières journées du championnat, les policiers vont réapparaître de nouveau, mais avec un nombre réduit, au niveau des tribunes et les accès au stade.

Toutefois, le retrait progressif des policiers est toujours maintenu comme décidée auparavant par la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) », a indiqué Raouraoua à la radio nationale. La première journée du championnat de Ligue 1, disputée le week-end du 19 et 20 août, a été marquée par un nombre d’incidents entre supporters survenus dans pas moins de quatre stades du pays.

Le Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le général major Abdelghani Hamel a annoncé le 19 juillet dernier à Alger le retrait progressif de la police des stades de football à partir de la saison 2016-2017, qui seront remplacés par des stadiers, dans une nouvelle mesure liée à l’organisation des rencontres.

Cette décision fait suite aux cahiers des charges imposé aux clubs professionnels depuis 2013. « Nous avons saisi les clubs qu’ils devront impérativement prendre en charge de l’aspect organisationnel de leurs rencontres.

La FAF et la DGSN ont décidé de céder leur quote-part des recettes des rencontres pour permettre aux clubs de les utiliser pour la formation des stadiers, mais en vain », a-t-il regretté. Avec le maintien de cette nouvelle mesure, les présidents de clubs qui nourrissaient des craintes énormes quant à la réussite de la démarche, « doivent se soumettre à la nouvelle conjoncture ».

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter