Santé

#TITRE

267

Le rôle du Pharmacien et la gestion de la communication vers le Public

18 mai 2017 | 10:33
A.A

Le développement d’une catégorie de médicaments à prescription non obligatoire est devenu un enjeu socio-économique sur tous les continents, a indiqué M. Michel Haubursin consultant pharmaceutique, lors du worshop organisés par le laboratoire Sanofi, en marge de la 18e édition du Forum pharmaceutique internationale (FPI18) qui s’est tenue à Alger .

Sous le thème, « Pour une transition réussie du médicament prescrit et remboursé vers l’otc : le rôle du Pharmacien et la gestion de la communication vers le public », M. Michel Haubursin a noté qu’« Un produit doit être conseillé dans une indication précise, et la publicité doit obligatoirement respecter ce qu’il y’a dans la notice.

« En permettant à un plus grand nombre de patients d’avoir un accès direct aux traitements, et aussi en per- mettant une réallocation des moyens disponibles vers des pathologies plus lourdes grâce aux économies ainsi réalisées, a expliqué le conférencier, tout en précisant que

« Ceci passe bien sûr par l’implémentation de certaines mesures et la création d’organismes chargés de superviser correctement la mise en place d’un tel statut.

Parmi ces initiatives, les prin- cipales concernent l’éducation et la communication adéquates vers le grand public et l’impli- cation du pharmacien comme premier interlocuteur pour ce qu’il est convenu d’appeler une automédication respon- sable.

« Les autorités algé- riennes ont la possibilité de s’inspirer de ce qui s’est pro- duit entre autre en Europe afin de mettre en place cette nou- velle catégorie de médica- ments de façon efficace et har- monieuse », a-t-il fait savoir.

Michel Haubursin, consultant parapharmaceutique, avec 30 ans d’expérience dans diffé- rents laboratoires, est adminis- trateur à BACHI qui est une association belge qui regroupe les entreprises de l’industrie des médicaments en vente libre et des produits de santé vendus en pharmacie. « Elle a pour a comme mission de représenter les firmes qui y sont affiliées et de défendre leurs intérêts communs.

L’ob- jectif principal de BACHI est de stimuler la mise en place d’un climat social et politique favorable pour l’automédica- tion, où le patient-consomma- teur occupe une position cen- trale », a expliqué le conféren- cier.

« BACHI met tout en œuvre pour que soit reconnu le rôle socio-économique des pro- duits de santé en vente libre, en tenant compte de l’intérêt de la santé publique, des professionnels de la santé et des firmes membres de l’associa- tion », a-t-il précisé.

Cette 18e session du Forum pharmaceutique international qui a vu la présence de plus de 3 000 professionnels des secteurs de la santé et de l’indus- trie pharmaceutique représentant plusieurs pays du conti- nent africain et d’ailleurs est organisée par l’Inter-ordre des pharmaciens africains (IOPA), l’Intersyndicale des pharma- ciens africains (ISPHARMA ), l’Association des Centrales d’achat des médicaments essentiels (l’ACAME), ainsi que les Directions de la phar- macie et du médicament (DPM) des Etats participants.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter