Nationale

#TITRE

592

« Le recours à la force publique pour contrecarrer les oppositions »

3 août 2016 | 19:15
N. Bensalem

Le wali a pris la décision, au cours de sa visite avant-hier aux chantiers de l’autoroute de Béjaïa, de recourir à la force publique pour mettre fin aux oppositions citoyennes, notamment des riverains de Bouaziz et d’Aftis dans la commune de Boudjellil (daïra de Tazmalt), qui freinent les travaux de réalisation de la pénétrante autoroutière reliant Béjaïa et Ahnif à l’autoroute Est-Ouest (Bouira) sur près de 100 km.

Cela d’autant plus que ces oppositions ont retardé l’inauguration de la première partie de ce projet qui était prévue pour le 20 du mois en cours, 60e anniversaire de la tenue du Congrès de la Soummam.

« Le recours à la force publique se fera à partir de la semaine prochaine au cas où les oppositions persistent encore d’ici là », promet-il lors de son passage avant-hier dans la commune de Boudjellil où des citoyens, pourtant dédommagés dans le cadre des expropriations, continuent de s’opposer aux travaux, alors que certains riverains lui ont exprimé leur crainte de voir réaliser sur leurs terres un échangeur.

Ainsi, il ressort que le taux d’avancement des travaux a atteint 80% sur la première partie reliant Ahnif (Bouira) et Akhnak (Seddouk) et les travaux de creusement des tunnels de Sidi-Aïch avancent bien.

L’espoir est donc permis de livrer ce projet dans les délais requis. C’est l’avis même du wali qui a insisté sur le renforcement des chantiers en moyens humains et matériels pour atteindre la vitesse de croisière pour ce projet, très attendu dans la région par les usagers et les investisseurs.

Pour rappel, le report de l’ouverture de la première partie a été justifié par des responsables à la direction des travaux publics par des difficultés purement techniques, propos relayés avant-hier par le wali qui a minimisé les choses sur l’inauguration de cette partie qui se fera ultérieurement, dit-il.

Le wali a rencontré les habitants du village Akhnak de Seddouk qui, pour exprimer leur colère, ont bloqué une des bases du chantier de la pénétrante appartenant à l’entreprise chinoise CRCC, pour la seconde fois après celle d’avril dernier, pour protester contre les dommages causés à la route débouchant à leur village et exiger son aménagement et son extension et également la tenue des engagements pris par les différents directeurs de wilaya en avril dernier, notamment en ce qui concerne la réalisation d’un réservoir d’eau, d’une annexe de l’état civil, etc. Le wali a réitéré son engagement de prendre en charge les revendications soulevées, ce qui a rassuré les mécontents.

A noter que le wali a profité de sa sortie pour se rendre à Ifri et visiter les travaux de réfection des deux maisonnettes où s’est tenu le congrès de la Soummam le 20 août 1956. Sur place, il a pris la décision d’ériger six stèles à l’effigie des colonels de la Révolution qui avaient été les artisans de ce congrès qui avait structuré la guerre de libération nationale qui mènera, par la suite, le pays à l’indépendance. « Les six stèles seront à la hauteur des symboles qui ont tenu le congrès de la Soummam », dit-il.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter