Nationale

#TITRE

281

Le procès d’Oussama Hanniche renvoyé au 17 mai

19 avril 2017 | 20:48
Redouane Hannachi

Le président de la 1ere chambre pénale près la cour d’appel d’Alger, Omar Benkharchi, a renvoyé le procès du narcotrafiquant Hanniche Oussama, alias « Oussama Escobar » , poursuivi pour port prohibé d’une arme découverte dans son domicile au cours de la perquisition effectuée par les services de sécurité, cela concernant la première affaire pour laquelle il est emprisonné.

Le mis en cause, qui attend que son affaire liée à la possession, détention et commercialisation de kif traité et dont la quantité dépasserait 56 quintaux soit programmée devant le tribunal criminel d’Alger, a introduit un appel sollicitant la révision de la peine prononcée contre lui, à savoir deux ans de prison ferme.

L’inculpé, qui s’est évadé de la prison d’El Harrach avant d’être rattrapé suite à une minutieuse enquête de la Gendarmerie nationale, en plein centre-ville d’Aïn Témouchent, n’a pas été transporté, hier, de la prison de Koléa où il attend toujours son jugement dans ses affaires relatives à son évasion de l’établissement pénitentiaire d’El Harrach et dont l’ancien président de la 8e chambre pénale, Hellali Tayeb, a répondu favorablement aux demandes du procureur général Akrout Larbi qui a estimé que la chambre pénale n’est pas qualitativement compétente pour se prononcer dans cette affaire.

Pour rappel, l’inculpé a déclaré le 15 janvier dernier, lors de son audition, que « les véritables complices qui m’ont aidé à m’enfuir de la prison d’El Harrach ne sont pas dans le box des accusés, mis à part l’avocate.

Mes complices sont des hauts placés qui m’ont porté aide et assistance de l’extérieur de la prison. J’ai donné leurs noms non seulement aux gendarmes, au procureur de la République mais aussi au juge d’instruction qui a instruit l’affaire, mais en vain ma dénonciation est restée sans suite. Au lieu de vous pencher sur les petites têtes, je vous demande d’ordonner l’arrestation de ceux qui font rentrer cette marchandise du Maroc ! » .

Il convient de signaler que le mis en cause a été arrêté et placé en détention à la prison de Blida, puis transféré à celle d’El Harrach d’où il s’est évadé avant qu’il ne soit transféré sous haute surveillance à la nouvelle prison de Koléa.

Le juge d’instruction du tribunal de Blida s’est dessaisi du dossier en faveur de son collègue du pôle judiciaire d’Alger dans l’affaire des 56 quintaux de kif que l’inculpé s’apprêtait à faire écouler au niveau de la capitale.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter