Monde

#TITRE

398

Le pragmatisme du « Going Global Strategy »

24 juillet 2018 | 00:47
Mohamed Nazim Aziri

Au moment où la Chine s’ouvre à l’Afrique, l’occident se referme sur lui-même. S’il y a aussi une conclusion à faire en comparant la nature de la relation sino-africaine, avec celle qu’entretiennent l’occident et le continent noir, c’est celle d’un antagonisme entre une politique non interventionniste, axée sur les intérêts mutuels et une relation hégémonique postcoloniale qui a montré ses limites et ses conséquences après plus d’un demi-siècle d’indépendance pour plusieurs pays africains.
Il est un secret pour personne que derrière les beaux discours et les chimères de l’aide au développement prôné par l’Europe et les États-Unis, se cache une politique équivoque, responsable en grande partie, du retard occasionné aujourd’hui par un continent dont le PIB dépasse timidement celui de la Ville de Tokyo. Mais la Chine, qui partage avec l’Afrique « une histoire similaire », pour reprendre les propos du président chinois Xi, regarde l’Afrique autrement qu’à travers le prisme réducteur du sentiment de supériorité dont souffrent certains pays de l’OCDE.
Les chiffres sont la meilleure preuve de ce pragmatisme mutuellement bénéfique définissant la stratégie économique chinoise, car depuis le dernier forum Chine-Afrique à Johannesburg en 2015, les choses ont bien évolué. Il y a une année ou presque, le 17 aout plus exactement, le quotidien britannique Financial Times rendait public les résultats d’un rapport sur les investissements directs à l’étranger(IDE) réalisés en Afrique il ressort de cette étude que depuis 2016, la Chine est devenue le 1er investisseur étranger du continent noir.
Mais pour estimer à sa juste valeur ce dynamisme croissant dans les relations économiques entre l’Empire du Milieu et le continent africain il y a d’autres chiffres intéressants à retenir ; la Chine se place ainsi en tête des pourvoyeurs de capitaux étrangers en Afrique en 2016, alors qu’elle n’occupait que la neuvième place de ce classement un an plus tôt. Selon l’agence officielle Xinuha qui rapporte des données fournies par le département des affaires africaines du ministère chinois des Affaires étrangères, le volume du commerce Chine-Afrique avait été multiplié par 200, passant d’à peine 765 millions de dollars en 1978, à 170 milliards de dollars en 2017.
La Chine maintient par ailleurs sa position de premier partenaire commercial de l’Afrique depuis huit années consécutives. Selon un rapport de la Johns Hopkins School of Advanced International Studies, cité par Jeune Afrique, le commerce sino-africain était estimé à 10 milliards de dollars en 2000. En 2014, il a atteint 220 milliards de dollars.
Dans un proche avenir, ces chiffres auront tendance à progresser parallèlement à la place de leader mondial qu’occupera l’économie chinoise. Sur le terrain le président chinois Xi Jinping, arpente déjà et depuis quelques années les chemins de la nouvelle route de la soie. Il se trouve actuellement en tournée en Afrique.
Il se rendra également au 10e Sommet des BRICS à Johannesburg. Il s’agit de la quatrième visite du président Xi en Afrique depuis 2013.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter