Nationale

#TITRE

519

Complexe sidérurgique d’El-Hadjar : Le pourrissement

14 septembre 2018 | 21:05
Nabil Chaoui


Rien ne va plus au complexe sidérurgique d’El-Hadjar. C’est le pourrissement total. La colère des travailleurs gronde. Jeudi dernier, plus d’un millier d’entre eux, en bleu de travail et casque, ont tenu un sit-in devant le siège de l’union de wilaya UGTA pour protester contre le malaise persistant qui touche actuellement l’usine sidérurgique.


Avec le haut fourneau (HF2) à l’arrêt, le PDG de l’usine sidérurgique, Chemseddine Maatallah, en abandon de poste, la deuxième phase du plan de redressement interne du complexe sidérurgique qui n’a pas encore démarré, les élections du conseil syndical des travailleurs mille fois reportées malgré la fin du mandat depuis des années de l’actuel syndicat des travailleurs et le pire dans cette situation est, selon les travailleurs, que « le complexe sidérurgique d’El-Hadjar est dirigé par des gens externes à notre activité sidérurgique ».


Les sidérurgistes en colère pointent du doigt l’homme d’affaires et député BahaEddine Tliba. « C’est lui qui dirige réellement le complexe sidérurgique ; c’est lui qui nomme et dégomme les cadres de Sider El-Hadjar rien ne se fait sans consultater ce député », accusent les travailleurs avant d’ajouter : « L’actuel syndicat d’entreprise, maintenu de force, est en complicité flagrante avec le député Tliba ; même la Centrale syndicale ne veut pas intervenir pour procéder au renouvellement des instances syndicales comme le stipule la règlementation en vigueur. » Et les travailleurs s’indignent : « Il faut que les pouvoirs publics interviennent pour mettre de l’ordre et ouvrir une enquête sur le limogeage de plusieurs cadres du service commercial et leur remplacement par des personnes sans aucune compétence. » Dans la foulée, les sidérurgistes révèlent que la « vente du rond à béton se fait dans l’opacité la plus totale, et qui sont les véritables clients et à qui appartiennent leurs sociétés, et quels sont les prix pratiqués ? ».


Les sidérurgistes, qui ont occupé toutes les rues adjacentes à l’union de wilaya UGTA d’Annaba, parlent aussi de l’abandon de poste du PDG de l’usine pour « mauvaise entente avec le syndicat d’entreprise, qui s’immisce dans la gestion de l’usine » et exige de toute urgence des « élections rapides, conformément aux statuts de l’UGTA ». Les travailleurs lancent un appel au nouveau PDG du groupe Imetal Tarek Bouslama, installé jeudi dernier, pour qu’il intervienne rapidement, avant que la situation ne devienne incontrôlable car, estiment-ils, la colère des sidérurgistes a atteint son comble.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter