Articles similaires

Monde

#TITRE

700

Une victoire significative pour Téhéran

Le pétrolier iranien « Grace 1 » quitte Gibraltar, un camouflet pour Trump

15 août 2019 | 16:00


L’arraisonnement illégal du pétrolier iranien « Grace 1 » par la police de Gibraltar et les forces spéciales britanniques a pris fin ce jeudi, en dépit des pressions américaines. Le navire se dirige actuellement vers l’Iran, suite à la campagne de dénonciation menée par Téhéran depuis le 4 juillet, date à laquelle le « Grace 1 » a été arraisonné par la marine britannique, ce qui a constitué un dangereux acte de piraterie, aux yeux de plusieurs gouvernements notamment espagnol.
L’événement avait précipité le Royaume-Uni dans la crise qui oppose Washington et Téhéran. La Cour suprême de Gibraltar a fini par autoriser le navire à quitter le territoire britannique balayant d’un revers de la main la demande américaine de prolonger l’immobilisation du navire, sous le motif jamais prouvé que l’embarcation transportait sa cargaison à la Syrie, frappée par un embargo européen. Le président de la Cour, le juge Anthony Dudley, a cependant déclaré qu’il n’avait pas été saisi par écrit d’une demande américaine de prolonger l’immobilisation du pétrolier.
Cette décision a fait suite à la prise par l’Iran d’un engagement écrit assurant que la cargaison du navire n’était pas destinée à un port syrien.
La « tentative de piraterie » américaine a échoué, s’est réjoui de son côté et sur Twitter le ministre iranien des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, fustigeant « le niveau de mépris qu’a l’administration Trump pour la loi ».
Les Etats-Unis, a-t-il souligné, avaient selon lui tenté d’abuser du système judiciaire et de voler les biens iraniens en haute mer. Entre-temps, le capitaine et les trois officiers du Grace 1, qui étaient en liberté sous caution, ont été formellement libérés, a annoncé un porte-parole du gouvernement de Gibraltar.
Le Grace 1 a été arraisonné le 4 juillet par la police de Gibraltar et les forces spéciales britanniques, provoquant une crise diplomatique entre Téhéran et Londres. Téhéran assure que le pétrolier naviguait dans les eaux internationales et accuse le Royaume-Uni d’acte de « piraterie », réclamant depuis le début que les Britanniques le laissent repartir.
Le 19 juillet, l’Iran a pour sa part immobilisé dans le détroit d’Ormuz un pétrolier britannique, le Stena Impero, soupçonné de « non-respect du code maritime international ».
Pour beaucoup d’analystes, la libération du cargo iranien, constitue une sévère défaite pour l’administration américaine, incapable d’apporter la moindre preuve sur ses allégations contre Téhéran.
Ian Black, analyste et économiste au London school of economics (LSE) a expliqué à la chaine de télévision GTCN que Téhéran a infligé une défaite à l’administration de Donald Trump et à Londres qui se sont empêtrées dans une opération de pressions stérile et illégale.

VIDEO

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter