Economie

#TITRE

1264

Le pétrole fait un bond proche des 80 dollars

12 septembre 2018 | 03:31
Rédaction online


Les cours du pétrole ont grimpé de plus de 2% mardi, soutenus par une série de facteurs susceptibles de réduire la production pétrolière mondiale.
Le baril de Brent de la Mer du nord a gagné 2,18% terminant les séances à 79,28$ tandis que le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a bondi de 2,53% à 69,25$ le baril sur le marché Nymex à New York.


Aux Etats-Unis, l’approche de l’ouragan Florence (de force 4 sur une échelle de 5) de la côte est du pays fait craindre des perturbations dans l’approvisionnement pétrolier. Des inondations et des coupures de courant pourraient ainsi affecter le fonctionnement du Colonial Pipeline, qui transporte de l’essence et du fuel de Houston au Texas vers les raffineries du nord-est, via la Caroline du Nord, qui se trouve sur le chemin de Florence.
Par ailleurs, un autre aléa climatique, une dépression tropicale, pourrait aussi se former jeudi soir dans le centre ou l’ouest de Golfe du Mexique, une région qui assure 17% de la production de pétrole brut des Etats-Unis.


A Wall Street, les valeurs pétrolières ont profité mardi du vif rebond du pétrole brut : +1,4% pour Exxonmobil +0,47% pour Chevron, +2,4% pour Devon Energy et +1,5% pour Transocean


La production américaine revue en baisse pour 2019. Par ailleurs, des données ont montré que les exportations de brut iranien baissaient à l’approche de l’entrée en vigueur, le 5 novembre, des sanctions économiques américaines contre Téhéran. Des pays asiatiques comme la Corée du Sud, le Japon et l’Inde ont déjà réduit leurs achats de pétrole iranien comme l’exige Washington. Dans son dernier rapport mensuel, publié mardi, l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA) a estimé que la production iranienne de brut a chuté de 200.000 barils par rapport à juillet.


Dans ce même rapport, l’EIA a revu en baisse ses prévisions de production de pétrole aux Etats-Unis pour 2019. Celle-ci devrait augmenter de 840.000 barils par jour (bpj) l’an prochain pour atteindre 11,5 millions de bpj, soit moins que les précédentes estimations (+1,02 mbj à 11,7 mbj). La forte hausse de la production en 2018 se heurte actuellement à un manque d’infrastructures pour acheminer les produits pétroliers à travers le pays.


La demande américaine a elle aussi été révisée pour 2019 : elle est attendue en hausse de 250.000 bpj, au lieu de +290.000 bpj attendus le mois dernier.


L’Opep devrait tenir une réunion à Alger le 22 septembre à Alger en vue de maintenir les quotas de production approuvés à Vienne il y a deux ans. 


 


 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter