Articles similaires

Nationale

#TITRE

325

10e vendredi des manifestations citoyennes

Le mouvement populaire ne faiblit pas

26 avril 2019 | 20:00
Algérie Hirak Lilia Aït Akli

Dixième vendredi de manifestation. La pression est toujours maintenue par le peuple, réclamant sans cesse et toujours le départ du système. Toujours pacifique, devise et arme des manifestants, la marche de ce vendredi, quoique similaire aux précédentes dans son volet détermination, semble être moindre en nombre que les précédents vendredis, chose qui n’impacte aucunement la mobilisation, qui demeure toujours très forte. 
En effet, les rues de la capitale n’étaient pas aussi pleines de manifestants que vendredi passé, notamment dans la matinée, car il était plus facile de circuler, contrairement aux vendredis précédents. Cela dit, ce n’est nullement une « démobilisation » de la population ou l’essoufflement du mouvement.
Bien au contraire, la détermination est intacte chez ces milliers de gens composés de familles, enfants, personnes âgées qui ont, encore une fois, perpétué la marche du vendredi, qui était aussi colorée que festive. Les revendications demeurent les mêmes, voire plus fortes. Les slogans scandés sont tous contre le système et ses figures. Le fameux « Tetnehaw gaâ » (Partez tous) est toujours présent sur les pancartes et sur les lèvres des manifestants, qui rejettent toujours la solution constitutionnelle de la crise.
Uni et indivisible, le peuple ne recule pas et ne semble pas être séduit par la série de limogeages et arrestations, baptisés opération mais propres. Selon eux, ces mesures annoncées ne sont pas suffisantes d’autant, précise-t-on, que c’est une justice libre et indépendante qui devrait statuer en toute indépendance, n’obéissant ainsi qu’à ce que dictent les règles juridiques.
L’indignation est cependant exprimée concernant les barrages filtrants de la Gendarmerie nationale sur les axes routiers menant à Alger. Selon des témoins, des automobilistes ont passé des heures sur un tronçon de dix minutes, pour enfin pouvoir accéder à la capitale. « C’est devenu le parcours du combattant de se rendre à Alger le vendredi », témoigne-t-on, soulignant le fait de ne pas pouvoir vider Alger de ses habitants ! Quoi qu’il en soit, les Algérois sortiront marcher par milliers.
Cependant, malgré que le mouvement reste soudé, résistant ainsi à toute tentative de saucissonnage, la nécessité de se faire représenter est souvent remise sur la table. D’aucuns s’interrogent sur le devenir de ce mouvement populaire qui, depuis le 22 février, n’a pas désigné de représentants. Aller vite mais sans précipitation pour sortir de cette impasse politique constitue par ailleurs la recommandation du militant Mouloud Lounaoussi qui, lors de ses sorties médiatiques, appuie l’option de la représentativité du mouvement. « Les foules seules n’ont jamais fait les révolutions. Un mouvement, quelle que soit son importance, ne peut se passer d’une élite ». Car, explique-t-il, « la révolution a ses acteurs, un projet de société et des objectifs à atteindre ». 
Lilia Aït Akli

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter