Articles similaires

Nationale

#TITRE

580

Intempéries à Constantine : Bedoui accuse les services de la météo

24 septembre 2018 | 20:59
Mourad Zemali Lynda Louifi


Les fortes pluies qui se sont abattues au cours des dernières semaines ont causé des inondations dans de nombreuses habitations à travers plusieurs régions de l’Algérie, entraînant pour certaines d’entre elles des pertes en vie humaine et des blessés.
Le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales accuse les services de la météo de ne pas avoir, selon le délégué national aux risques majeurs, Tahar Melizi, fourni à temps aux autorités locales les données météorologiques détaillées sur les fortes précipitations qu’a connues la wilaya de Constantine. « Aucun bulletin météorologique spécial (BMS) n’a été émis pour prévenir la population qu’un évènement violent allait survenir », a-t-il souligné. Si la météo, estime-t-il, avait averti les autorités locales à temps, elles auraient pris les dispositions nécessaires pour éviter la catastrophe enregistrée dans cette wilaya et dans d’autres régions. Le délégué national aux risques majeurs précise que les dégâts subis au début du mois sont dus à des « précipitations exceptionnelles ».


Tahar Melizi affirme qu’aucun bulletin météorologique spécial n’a été émis « pour prévenir contre les intempéries qui ont affecté Constantine ». Selon lui, il a été enregistré un cumul de 80 millimètres de pluies en 25 minutes, soit l’équivalent de ce qui est observé sur une période de trois mois. M. Melizi souligne qu’il n’existe pas encore de cartographie exacte des zones inondables. Il souligne qu’il ne s’agit pas de la première fois. D’autres inondations, affirme-t-il, ont eu lieu à Aïn El-Kébira, à Sétif, à Tébessa, à Djelfa et à Chréa, dans la wilaya de Blida. Selon lui, même la diffusion de BMS se fait de « manière vague » en évoquant plusieurs wilayas, sans fournir les précisions nécessaires aux autorités. M. Melizi considère ainsi impératif de régler de manière définitive « ce défaut de communication » en réorganisant le travail de l’ONM. Il souligne néanmoins que les inondations qui ont affecté plusieurs régions du pays ces dernières semaines sont la conséquence d’« une situation inédite due à des pluies torrentielles et des orages violents ».


Interrogé sur les dégâts provoqués par les inondations et sur les responsabilités des pertes engendrées, l’intervenant a fait savoir qu’une commission ministérielle a été dépêchée pour analyser leurs causes. Il relève, de plus, que de pareils « évènements » surviennent également « dans les pays du monde entier ». Selon des experts, la situation créée est le résultat d’une défaillance de la part des autorités locales. M. Melizi, à ce sujet, rétorque ne pas être d’accord avec cette explication, ajoutant que celles-ci « font ce qu’elles peuvent par rapport aux moyens dont elles disposent ». Il reconnaît toutefois qu’il faut revoir les dispositions « pour mieux se préparer pendant toute l’année ». M. Melizi indique, enfin, qu’il n’existe pas encore de cartographie exacte des zones inondables mais que celle-ci est en train d’être réalisée.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter