Santé

#TITRE

674

Le médecin généraliste, un acteur important dans le dépistage

16 mai 2016 | 20:44
Rédaction JI

L’importance du rôle du médecin généraliste dans le dépistage des maladies graves, telles les pathologies cancéreuses, a été mise en relief par les participants à la 2ème Journée de médecine générale, tenue à la Faculté de médecine d’Oran.

"Ce rôle est d’autant important que la majorité des patients ont d’abord recours au professionnel des soins primaires qu’est le praticien", a souligné Dr Redouane Hadjij, président de la Société algérienne de médecine générale (SAMG).

Partant de ce constat, "il est indispensable de consolider la formation initiale et continue des praticiens en vue d’une meilleure performance au dépistage des pathologies graves, notamment cancéreuses", a estimé Dr Hadjij.

"Il est établi qu’une majorité de malades cancéreux sont diagnostiqués tardivement, et cette situation nous interpelle en tant que médecins pour agir avec efficience au plan du dépistage", a indiqué le président de la SAMG.

Plus de 300 praticiens des secteurs public et libéral ont pris part à cette rencontre, initiée par le Collège d’Oran de la SAMG. Les recommandations ayant débouché sur l’impératif renforcement des compétences par la formation médicale continue et la diversification des thèmes abordés.

Cette journée scientifique a également permis aux organisateurs de mettre l’accent sur les bonnes pratiques de la médecine générale définies par le Guide du praticien, un document national de référence porteur d’orientations à caractère professionnel.

"Le Guide des bonnes pratiques comporte des indications sur toutes les spécialités dont les notions fondamentales doivent être maîtrisées par le médecin généraliste", a expliqué Dr Mustapha Bellil, président des travaux de cette rencontre animée par des professeurs et praticiens des hôpitaux d’Oran et d’Alger.

Les intervenants ont proposé plusieurs conférences et ateliers dans l’objectif de consolider les capacités des praticiens au dépistage des pathologies et à la prise en charge des patients.
Les apnées du sommeil, le diabète, les vaginites, les douleurs articulaires et le syndrome de l’intestin irritable figurent parmi les pathologies abordées, en plus des ateliers dédiés, entre autres, à la rédaction des certificats médicaux, aux anti-coagulants, à la nutrition et au nouveau calendrier vaccinal.

Le président de la SAMG a fait savoir à cette occasion que son organisation s’attelle aux préparatifs du 5ème congrès national et du 3ème congrès maghrébin de médecine générale, prévus en 2017 à Oran, et qui seront consacrés au développement de la profession.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter