Nationale

#TITRE

581

Le marché « offert » à des Indiens

12 août 2016 | 19:46
Amine B.

Fini le temps où l’on annonçait à chaque sortie médiatique le lancement ou la livraison « à la pelle » de projets de construction de logement.

En ces temps de vache maigre, où le prix du principal produit générateur de devises pour le pays affiche de maigres valeurs, l’art de la communication, jadis abondant, a fini aussi par prendre des allures méfiantes.

Alors que la politique engagée ces derniers mois par le gouvernement vise à réduire au maximum les coûts en « algérianisant » la main-d’œuvre en charge des projets de construction – hormis les projets entrant dans le cadre d’une politique globale de partenariat signés en haut lieu –, on est en droit de s’interroger sur les récents marchés décrochés par des entreprises étrangères.

C’est en tout cas le cas du projet de construction de 2 000 logements prévus à Aïn Abid, dans la wilaya de Constantine. A en croîre le maître d’œuvre du projet, l’OPGI Constantine, « une entreprise indienne entamera dans les prochains jours la construction de 2 000 logements de type locatif ».

Les responsables de ladite entreprise ont récemment séjourné dans la ville des Ponts où ils ont apporté, avec leurs partenaires algériens, les dernières retouches administratives avant le début des travaux.

A en croire le premier responsable de l’OPGI, le chantier entrera en activité dans quelques jours, le temps que les Indiens érigent leur base de vie prévue sur chantier à l’entrée de la localité, distante d’une quarantaine de kilomètres du chef-lieu de la wilaya.
Le directeur de l’Office de promotion et de gestion immobilière de Constantine n’a pas manqué de mentionner un point essentiel dans ce partenariat avec le constructeur indien.

Selon le responsable algérien, l’entreprise indienne procédera aux travaux par une technique traditionnelle, c’est-à-dire que tout sera construit in situ, aussi bien les piliers que les murs, contrairement aux constructeurs turcs ayant hérité de projets dans la ville nouvelle Ali-Mendjli et Aïn Nahas et qui avaient opté pour la technique semi-industrielle consistant en la superposition de murs en béton semi-préparés. La même source a laissé entendre que les Indiens devront livrer le projet des 2 000 unités dans un délai de 18 mois, soit au plus tard à la fin 2018.

Et d’ajouter que 4 000 autres unités, actuellement en construction par une entreprise chinoise, seront également livrés avant 2018, soit un total de 6 000 unités dont une bonne partie sera destinée aux demandeurs de logements sociaux de la commune de Constantine. Reste à savoir si le constructeur indien se fera aidé ou non par le savoir-faire algérien.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter