Articles similaires

Nationale

#TITRE

489

Le fameux « Qararna » qui a fait vibrer la Maison du Peuple

23 février 2018 | 22:53


Le 24 février 1971, l’Algérie décide de prendre le contrôle de ses richesses pétrolières. Quinze ans auparavant, en 1956, la France avait découvert les champs pétrolifères de Hassi Messaoud et Edjeleh. Après l’indépendance, les sociétés françaises, notamment SN Repal, ont continué à exploiter les richesses du jeune État, laissant au peuple algérien des broutilles.


Mais en juillet 1965, un mois après le « redressement révolutionnaire », la « coopération » algéro-française en matière d’hydrocarbures devait être redéfinie. Il n’était pas question pour Boumediene de laisser les richesses nationales aux mains de l’ancien occupant. Six ans plus tard, l’Algérie décide de nationaliser les hydrocarbures. L’annonce a été faite par Boumediene en personne le 24 février 1971 à la Maison du Peuple, siège de l’UGTA, par un mémorable « Qararna ». Boumediene se met à lire le texte qui commençait par la phrase devenue célèbre depuis : « qararna ibtidaen min hada lyoum taamim... », que l’on traduit ainsi : « Nous avons décidé à compter de ce jour la nationalisation de nos richesses pétrolières… ». Boumediene venait avec courage de nationaliser les sociétés pétrolières et gazières, majoritairement françaises, opérant en Algérie, prenant de court les français et le monde occidental.


On raconte même que certains ministres n’auraient pas été mis au parfum « pour que le projet ne capote pas ». Comme l’a souvent répété l’illustre Président, « l’indépendance formelle n’est pas l’indépendance réelle, et cela tant que le pays n’avait pas la mainmise sur ses richesses ». L’Algérie avait l’impression de fêter une seconde indépendance. Boumediene clamait depuis déjà plusieurs mois son désir d’une émancipation accrue des pays du Sud.


De surcroît, l’Algérie était devenue un membre actif de l’Opaep, organisation regroupant depuis 1968 les pays arabes exportateurs de pétrole. Certes, la date du 24 février 1971 est fondamentale pour l’économie nationale basée majoritairement sur la rente des hydrocarbures, dont la nationalisation est venue conforter la souveraineté de l’Algérie, marquant la volonté des dirigeants de l’époque de récupérer les richesses naturelles du pays et d’assurer pleinement le contrôle de leur exploitation. Au-delà de son caractère politique, cette décision historique a bouclé un long processus de préparation entamé pour la récupération des richesses naturelles (notamment du sous-sol) à travers, notamment, la nationalisation des mines en 1966.

VIDEO

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter