Nationale

#TITRE

360

« Le chiffre de 1 500 Sénégalais expulsés d’Algérie est faux »

5 octobre 2016 | 19:44
Hocine Adryen

Dans une guerre psychologique où tous les moyens sont permis pour déstabiliser l’adversaire, même en usant de mensonges et de contrevérités, la réalité du terrain finit toujours par rattraper le menteur.

En effet, plus la couleuvre est dure à avaler plus elle de chance de passer… Ce à quoi une partie de la presse française relayée par la presse marocaine tente de faire croire ces derniers mois en utilisant cette question pour dénigrer systématiquement tout renvoi d’immigrants clandestins d’Algérie dans leur pays d‘origine.

Elle rend régulièrement des comptes rendus avec des chiffres tronqués dans le but de porter atteinte à l’image du pays sans même vérifier les sources en balançant des chiffres qui ne correspondent pas exactement à la réalité.

Ainsi en est-il du cas récent de ressortissants sénégalais lorsqu’elle avance le chiffre de 1492 concernés par cette nouvelle vague de retour dans leur pays.

Or, selon Sory Kaba, directeur général des Sénégalais de l’extérieur, celui-ci dément l’information selon laquelle 1500 ressortissants de son pays seront expulsés d’Algérie sur la demande de leur pays d’origine : « Le chiffre avancé de 1500 Sénégalais est faux. Il n’y a que 56 Sénégalais qui avaient émis le souhait de revenir, mais 6 parmi eux ont désistés », dit-il. 

Sory Kaba balaie d’un revers de main le chiffre de 1 500 Sénégalais établis en Algérie tel qu’avancé par les médias marocains qui reprennent à leur compte les comptes rendus de la presse française. En ce qui concerne le rapatriement des Sénégalais, il donne ce qu’il appelle « la bonne information ».

L’ensemble des Sénégalais qui vivent dans le territoire algérien, y compris le personnel diplomatique, « ne font pas plus de 500 », tient-il à préciser. Il ajoute que « ce sont eux, les 50 immigrés, qui veulent revenir volontairement. Ils avaient demandé l’assistance du Sénégal pour revenir au bercail.

Donc nous allons faire revenir les 50 dans les jours à venir », conclut-il. Le ministère de l’Intérieur est en train de mettre les dernières « retouches » à la prochaine opération de rapatriement qui va toucher des Sénégalais et des Guinéens. Des centaines de migrants vont retourner chez eux, à travers des vols spéciaux d’avions appartenant à l’armée algérienne. 

Il faut dire que l’Algérie connaît ces dernières années un afflux particulier de migrants subsahariens et même de l’Afrique de l’Ouest. Habituellement, ces migrants marquent juste une halte avant de rejoindre l’autre rive de la Méditerranée. 

Mais en raison de la difficulté à opérer des traversées clandestines en Méditerranée ou de trouver un moyen régulier d’entrer sur le territoire européen, ces migrants tentent de s’installer en Algérie en allant dans le marché noir de l’emploi, de plus en plus florissant, notamment dans le secteur du BTPH.

Pour éviter des appels d’air d’autres migrants, l’Algérie a décidé, en concertation avec les pays concernés, de rapatrier progressivement ces migrants clandestins. Plusieurs opérations ont été organisées notamment vers le Niger.

La dernière opération de rapatriement de Subsahariens remonte au mois d’août. Elle comprenait 343 Nigériens installés dans la région oranaise. Selon des données disponibles au niveau du ministère de l’Intérieur, l’Algérie a procédé, depuis 2014, au rapatriement de plus de 18 000 ressortissants d’Afrique subsaharienne, essentiellement des Nigériens.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter