Articles similaires

Regionale

#TITRE

519

Le cancer du sein est le plus fréquent chez la femme

23 octobre 2018 | 20:06
Tizi-OuzouOctobre Rose Saïd Tissegouine


Le cancer du sein est le plus fréquent de tous les cancers chez la femme, et ce aussi bien en Algérie qu’à travers le monde. C’est ce qui a été révélé hier à la maison de la Culture Mouloud-mammeri à l’occasion de la journée d’étude consacrée à ce mal.


A l’issue de cette manifestation scientifique organisée par l’association El fedjr, les médecins spécialistes, devant une assistance nombreuse et composée majoritairement de femmes, ont démontré par des arguments scientifiques que le cancer n’est pas un mal invincible. Il suffit juste d’accorder l’importance voulue à la prévention et au dépistage.


Le Dr Smaïli, qui a alterné le kabyle et le français dans son intervention, a commencé par signaler qu’il n’y a plus de raison de faire de cette maladie un tabou. « Il faut désigner ce mal par son nom, le cancer en l’occurrence, et non par une autre expression se voulant euphémique », a-t-elle expliqué. Dans la langue kabyle, le mot « cancer » est désigné par le terme « Yir attane (mauvaise maladie) ». En vérité, ce mot « cancer » n’a pas d’équivalent exact dans la langue amazighe. Donc, ce n’est pas un euphémisme de l’appeler « Yir attane ». Toujours est-il que le Dr Smaïli a insisté sur la nécessité de mener de grandes campagnes de vulgarisation sur ce mal du siècle. C’est sur ce même chapitre que l’intervenante a laissé entendre que les femmes allaitant leur bébé sont les moins exposées au cancer que celles n’ayant jamais enfanté. Les femmes minces sont également moins exposées à ce mal que les obèses.


Pour sa part, le Dr Tazibt du service de gynécologie au CHU Nedir-Mohamed de Tizi-Ouzou, tout en indiquant que le cancer du sein se manifeste chez la femme dont l’âge varie entre 45 et 59 ans, a signalé à l’assistance les différentes évolutions de cette maladie et en même temps expliqué les traitements appliqués pour chaque stade d’évolution d’où son insistance à privilégier le dépistage. Car diagnostiquer le cancer à son stade précoce c’est faciliter le traitement et, par conséquent, réunir toutes les chances de guérison. Le Dr Tazibt a expliqué à l’assistance les différents signes annonciateurs du cancer comme la tuméfaction, une fossette cutanée, une lésion mamelonnaire, un écoulement, etc.


Comme dépistage, l’intervenante mettra un accent sur certains gestes relevant de la prévention comme l’examen du sein, la palpation, etc. le Dr Tazibt a indiqué que l’examen monographique doit se faire au 3e jour des règles chez la femme en âge d’activité sexuelle. C’est encore dans ce cadre précis que la gynécologue indiquera qu’en matière de dépistage la mammographie précède l’opération d’échographie. Idem concernant les traitements adéquats, et ce, selon naturellement le degré du mal. Les explications du Dr tazib, quand bien même elles sont scientifiques, peuvent donner la chair de poule à une âme sensible, surtout en mettant en relief le laps de temps que nécessitent l’ensemble des opérations de traitement et qui est de cinq années.


Le Dr Meziane du service de radiothérapie au CPMC devait, quant à lui, faire une intervention autour de la thématique portant sur le traitement par radiothérapie. Après le Dr Meziane, c’est au tour de Mme Ouanes de développer une thématique intitulée « l’impact psychosocial du cancer du sein sur la malade et sa famille ». Notons que Mme Ouanes est experte en psychologie et assure l’enseignement de cette science à l’université Mouloud-Mammeri de Tizi-Ouzou.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter