Nationale

#TITRE

487

Le baril algérien frôle les 50 dollars

16 août 2016 | 19:20
Djamel Zerrouk

Les cours du pétrole ont nettement progressé lundi. Ils poursuivent la hausse entamée en fin de semaine dernière à la suite d’un regain d’espoir quant à un accord des pays producteurs de pétrole en vue de geler leur production.

Le cours du baril américain de référence (ligt sweet crud) (WTI) a gagné 1,25 dollar, à 45,74 dollars sur le contrat pour livraison en septembre au New York Mercantile Exchange (Nymex), après avoir déjà pris un dollar vendredi. Le marché a bénéficié de « la perspective de discussions visant à un gel de la production », a estimé Gene McGillian de Tradition Energy.

A Londres, le Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre, contrat de référence, avait monté de 1,38 dollar à 48,35 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE), lui aussi après avoir nettement monté avant le week-end.

La variété du brut algérien appelé Sahara Blend, considéré comme le plus léger, donc le plus cher du monde, devrait frôler les 50 dollars le baril. « Au cours du week-end, nous avons continué à entendre des commentaires positifs à propos d’un gel de la production. La Russie a indiqué être prête à coopérer pour équilibrer les prix », a souligné Matt Smith du Cabinet ClipperData.

Le ministre russe de l’Énergie, Alexandre Novak, a indiqué au journal saoudien Asharq Al-Awsat que son pays était prêt à collaborer avec l’Arabie saoudite afin de parvenir à une stabilisation du marché du pétrole international.

Les cabinets d’analyses optimistes

« Les investisseurs disent que l’Iran devrait participer aux discussions, et Ryad devra en principe montrer une certaine souplesse pour ne pas être accusé d’être derrière la baisse du brut « , indique-t-on au sein des analystes indépendants à Vienne.

L’Iran avait expliqué à ses pairs du Cartel qu’elle faisait de gros efforts pour réduire la production, mettant en avant le fait qu’il effectuait juste son grand retour sur les marchés internationaux après la levée des sanctions consécutive à l’accord sur le nucléaire.

De son côté l’analyste Angus Nicholson du Cabinet IG Markets a indiqué que les chances qu’un accord soit conclu le mois prochain sont « importantes « , estimant que désormais les intérêts de Ryad et Téhéran sont les mêmes. Les réserves algériennes de liquide (pétrole plus condensat) récupérables atteignent 16 milliards de barils. Au rythme de production de 1,7 million de barils/jour, la durée de vie des réserves est de 30 ans.

L’Algérie est le quatrième producteur de pétrole en Afrique, après le Nigeria,la Libye et l’Angola. Contrairement à ce dernier pays, l’Algérie a décidé de ne pas intensifier sa production pétrolière, pour préserver les réserves de brut le plus longtemps possible, au profit des générations futures.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter