Articles similaires

Monde

#TITRE

883

Sahara Occidental : Le Maroc refuse une médiation de l’UA

17 mars 2018 | 20:47


Apres plus de 20 ans de neutralité positive sur la question du Sahara occidental, une nouvelle « ambition » de l’UA a émergé lors du sommet d’Addis-Abeba de 2013, où le Conseil exécutif de l’UA a demandé « à la Commission de prendre toutes les mesures nécessaires pour l’organisation d’un référendum pour l’autodétermination du peuple du Sahara occidental ».


Le président de la Commission de l’Union africaine, le tchadien Moussa Faki vient d’annoncer, au terme de sa récente visite en Algérie, qu’il compte soumettre au prochain sommet de l’UA, prévu, en juin en Mauritanie, une proposition pour le règlement du conflit au Sahara occidental. L’Union africaine, qui tient à jouer un rôle dans la solution de la question du Sahara occidental, compte s’y impliquer davantage. Selon un communiqué publié au terme de sa visite de trois jours en Algérie, le président de la Commission de l’UA compte « soumettre un rapport sur les modalités de la contribution de l’Union africaine dans la recherche d’une solution dans le cadre des résolutions pertinentes de l’Union africaine et du Conseil de sécurité des Nations unies ». Les services du président de la commission de l’UA n’ont pas donné davantage de précisions, ni sur les grands axes de cette « contribution » de l’organisation continentale, ni sur le timing de sa présentation. A priori, si elle voyait le jour, elle devrait être dévoilée à l’occasion de la Conférence des chefs d’Etat prévue en juin en Mauritanie. Le royaume, qui vient d’intégrer l’UA après 32 ans d’absence, a toujours fermé la porte à une quelconque implication de l’Union dans le différend territorial. En témoigne la déclaration à la presse du ministre marocain des AE, Nasser Bourita, à l’issue de la réunion avec l’envoyé spécial du SG de l’ONU Horst Köhler, le 6 mars à Lisbonne, qui a tenu à rappeler que le processus devait être « sous l’égide exclusif des Nations unies, sans l’intervention d’aucune autre organisation régionale ou internationale ».


L’Union africaine poursuit sa campagne de communication pour arracher un rôle majeur dans la solution du conflit. Et le fait aujourd’hui avec une forte conviction, qui fait peur au Maroc. En effet, toute la stratégie du Maroc c’est de dire : « Nous allons revenir dans l’Union africaine et nous vous proposons d’observer une neutralité à l’égard de ce conflit, sachant qu’il est sur la table des négociations aux Nations unies. On ne peut pas anticiper l’issue du conflit il faut attendre que le processus se termine au sein des Nations unies et, à ce moment-là, vous pourrez prendre position, soit en soutenant le résultat de ce processus, soit en prenant d’autres positions. » Or cette position est aujourd’hui intenable.


Crans Montana, le bras d’honneur fait à l’Afrique L’Union africaine (UA) est considérée, à juste titre, comme l’interlocuteur privilégié et incontournable de la Communauté Internationale sur l’ensemble des questions


 


relatives au continent. L’Union a vu ses prérogatives considérablement s’élargir notamment en matière de maintien de la paix, de prévention des conflits et de développement économique. Aussi, semble-t-elle, vouloir reprendre la main sur la question du Sahara occidental. Le dernier rapport de la présidente de la Commission de l’UA, ainsi que les décisions du Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA renforcent la dimension de l’organisation. Pourquoi alors le Maroc répète-t-il à l ‘envi qu’il a le soutien de la majorité des pays africains ? A-t-il peur d’un vote défavorable au sein de l’UA ? L’envoyé spécial de l’ONU Horts Köhler, qui a rencontré à la fois le futur président de l’UA Paul Kagamé, le président de la Commission de l’UA, Faki, et le président du Conseil de paix et de sécurité, l’algérien Smail Chergui, est aujourd’hui dans l’œil du cyclone de Rabat et de la presse du Makhzen. Son tort : rencontrer ces trois personnalités mais surtout le commissaire africain Smail Chergui qui est, selon le Maroc, proche de l’Algérie.


En réalité c’est la première fois qu’un envoyé spécial rencontre des personnalités africaines puisque aucun de ses prédécesseurs ne s’est jamais entretenu avec celles-ci dans le cadre de sa mission. En maintenant coûte que coûte le forum de Crans Montana dans la ville occupée de Dakhla, le Maroc fait un pied de nez à l’Union africaine, qui a pourtant averti ce pays des retombées négatives qu’il encourt s’il continue à narguer les décisions et les résolutions de l’UA. Aussi, la question de l’exclusion de ce pays de l’UA et de toutes les institutions africaines, politiques, économiques ou sociales se pose avec acuité, d’autant plus que ce pays continue de montrer une indiscipline caractérisée.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter