Articles similaires

Nationale

#TITRE

664

Le MSP fait une nouvelle offre politique

10 février 2018 | 20:42

C’est le bouillonnement sur la scène nationale. Les projets politiques s’accumulent chaque semaine depuis que Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs, a déclenché les curiosités en évoquant une initiative nouvelle mais encore énigmatique. Elle sera suivie par Jil Jadid qui propose une candidature unique de l’opposition pour la prochaine présidentielle. Alors que dans le camp de la mouvance présidentielle c’est une nouvelle ambiance qui s’installe, avec l’évocation d’un cinquième mandat pour le président Bouteflika, lancée par une obscure coordination dirigée par le tonitruant député Baha Eddine Tliba mais qui semble avoir été mal reçue ou mal perçue par ses alliés au sein de son propre parti le FLN, c’est au tour maintenant des islamistes de lancer leurs propres plans pour l’échéance présidentielle de 2019. Le MSP vient de faire une nouvelle offre politique basée sur l’acceptation d’une période de transition dite consensuelle.

Lors d’une rencontre avec ses élus locaux (APC et APW), le président du MSP a lancé un appel à tous les Algériens pour œuvrer à l’élaboration d’un projet politique « intégré » pour une transition consensuelle. Selon lui, il s’agirait d’impliquer tous les Algériens pour consacrer ce consensus national tant recherché autour des approches politiques et économiques.

Dans son intervention, le chef du MSP a estimé que cette initiative se veut comme une continuation des précédentes que son parti a lancées depuis 2013 et surtout avec son adhésion à la Coordination nationale des libertés et pour la transition démocratique, dite de la plate-forme de Mazafran de juin 2014.

Toutefois, la proposition du MSP demeure encore obscure, mais elle pourrait être qualifiée comme une réponse directe à l’option d’une candidature unique de l’opposition, que certains veulent imposer pour l’échéance de 2019.

Autrement dit, le MSP cherche à se démarquer des choix des uns et des autres pour se positionner dans une démarche qui pourrait attirer le FFS avec son projet mort-né de conférence sur le consensus national.

Le chef du MSP détaille que l’objectif demeure toujours "la réalisation d’un consensus national autour d’un projet intégré", en plaçant l’intérêt du pays au-dessus de toute autre considération, en cette conjoncture économique difficile que traverse le pays.

"Après 2019 aucun président ni gouvernement ne sera en mesure de sauver l’économie nationale, en l’absence d’un consensus préalable", a-t-il estimé, ajoutant que "les effets du financement non conventionnel auquel le gouvernement a recouru pour apaiser provisoirement la situation apparaîtront plus tard" et seront difficiles à gérer.

Sur l’actualité quotidienne, notamment avec le mouvement des grèves qui secouent plusieurs secteurs de la Fonction publique, Mokri appelle le gouvernement à un dialogue avec les partenaires sociaux, qu’il s’agisse du secteur de la santé ou de celui de l’éducation nationale, pour trouver les solutions aux problèmes en suspens.

Au plan organique, Mokri a annoncé l’installation de "la commission nationale de préparation du congrès du mouvement" prévu le 10 mai prochain, qui a pour mission de superviser les conférences communales et de wilaya qui précéderont le congrès.

Les membres de la commission auront également à préparer les principaux dossiers qui seront soumis au débat durant les travaux de ce congrès, devenu extraordinaire, en attendant leur adoption lors d’une session du Majliss choura du parti prévu en mars prochain.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter