Articles similaires

Nationale

#TITRE

706

Le plan anti-pauvreté du FFS

23 septembre 2018 | 22:12
FFS Hocine Adryen


Le FFS, qui a tenu le weekend dernier ses assises sociales, a appelé à la création d’un budget spécial de la nation qui fasse partie intégrante des lois de Finances, avec des « ressources suffisantes » pour l’inclusion de tous les Algériens.
Le parti justifie cette mesure par le fait que la majorité des Algériens « se trouvent confrontés à des situations désespérées, souvent dramatiques », qui touchent leurs conditions de vie et de travail, leur intégrité physique et leur dignité, devenant malgré eux des exclus sociaux. Le communiqué fait aussi mention de « l’exclusion (qui) se confond avec la pauvreté, l’isolement, le besoin et la ségrégation ».


De même que le parti revendique pour les chômeurs « l’instauration d’un Revenu social minimum garanti (SNMG) pour les Algériens sans ressources », indépendamment du SNMG spécifique aux salariés qu’il faudra valoriser. Sur le plan social, le FFS presse le gouvernement de mettre en œuvre « une politique sociale » s’inspirant de l’Agenda 2030, qui guide la communauté internationale pour la réalisation des Objectifs du Développement Durable à l’horizon 2030 en mobilisant tous les leviers dans les domaines de l’emploi, du logement, de la santé, de ressources et de l’accès aux droits. Le FFS n’a pas manqué de faire remonter en surface sa revendication phare à savoir le consensus national.


Le FFS a tenu à faire remarquer que la classe politique dans son ensemble a évolué d’une « façon positive » en prônant un « dialogue inclusif et consensuel » pour faire face aux difficultés grandissantes auxquelles est confronté le pays. Cette main tendue du FFS à la classe politique donne à penser que ce parti est prêt à participer à un dialogue avec tous les partis politiques sans exception, du moment que le seul intérêt de ce conciliabule serait de converger vers des actions concertées en vue d’obtenir un consensus général sur les principes démocratiques. Aussi le FFS, par la voix de son Instance présidentielle, a tenu à rappeler que son projet a été engagé depuis 2014 par une série d’entretiens avec les partis politiques du pouvoir et de l’opposition, des personnalités politiques et des acteurs de la société civile, qui se poursuivent résolument avec des débats citoyens pour « enrichir le projet et élargir les adhésions ».


A ce stade, le FFS se réjouit de la convergence des analyses des partenaires qui considèrent que le consensus est la solution, car les problèmes étant multidimensionnels, ils « requièrent une approche globale », les questions politiques, économiques, sociales, culturelles et environnementales étant interdépendantes. Le parti a estimé ce lundi que le FFS « est en mesure, comme il s’y est engagé, de partager avec les acteurs concernés, dans un cadre approprié et en temps utile, les résultats de ses échanges, notamment les grands axes politiques, économiques, sociaux, culturels et environnementaux » pouvant constituer la base d’une plateforme de consensus national, qui n’exclut pas, dans la mise en œuvre, la compétition entre les partis politiques.
Enfin, le FFS considère que pour la prochaine échéance présidentielle, la classe politique doit se réunir autour d’objectifs communs pour affronter les défis à venir : « Avant ou après la prochaine élection présidentielle, seul le rassemblement des énergies que le projet de reconstruction d’un consensus national et populaire vise à promouvoir et permettra d’affronter victorieusement les enjeux et les défis de ce nouveau siècle » dit-il.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter