Articles similaires

Nationale

#TITRE

669

Le DG de l’ANBT :« Une autonomie de plus d’une année en eau potable »

16 avril 2018 | 22:40
Ressources en eau Lynda Louifi

Les importantes pluies enregistrées au cours des derniers mois ont permis un taux de remplissage global de 64 % à l’échelle nationale, a indiqué ce lundi le directeur général de l’Agence nationale des barrages et des transferts (ANBT), Arezki Beraki, estimant que ce cumul permettra une autonomie en eau potable de plus de 12 mois dans tout le pays.

Grâce aux 80 barrages dont dispose présentement l’Algérie, les capacités de stockage des ressources hydriques sont globalement estimées à 8 milliards de mètres cubes, dont environ 64 % ont d’ores et déjà été mobilisées après les récentes précipitations, a précisé Arezki Beraki lors de son passage sur les ondes de la Chaîne III de la radio algérienne. Cette quantité devrait, selon lui, atteindre les 9 milliards en 2019. « La réception de 6 nouveaux barrages augmentera la capacité de remplissage à plus de 9 milliards de m3 », a-t-il indiqué. En plus de trois barrages, dont deux sont situés dans la région de Souk Ahras et le troisième dans celle de Béchar, disposant, chacun, d’une autonomie de 7 mois, les autres ouvrages hydriques vont permettre d’assurer une autonomie d’alimentation en eau potable de plus de 12 mois, a ajouté M. Beraki.

Il a annoncé que cinq barrages, actuellement en cours de construction, vont venir augmenter les capacités de mobilisation des eaux de pluie. Il a fait mention de deux d’entre eux dans la wilaya de Tizi Ouzou et de trois autres répartis dans celles de Souk Ahras, El-Tarf et Batna. S’exprimant sur le degré d’envasement de certains ouvrages, particulièrement ceux datant de la période coloniale, il a indiqué que celui-ci ne dépasse guère les 14 %, ajoutant que des travaux de récurage sont déjà programmés et qu’ils vont être menés à l’aide de dragues conçues et réalisées en Algérie. Le responsable a également évoqué les efforts considérables accomplis en matière de dessalement d’eau de mer, et ce à travers l’intensification des investissements destinés à mobiliser les ressources hydriques ainsi que la réutilisation des eaux épurées, permettant ainsi d’éloigner le pays du « stress hydrique ».

L’Algérie dispose actuellement de onze stations de dessalement d’eau de mer au total, avec une capacité de 2,1 millions de m3/j, soit un volume de 770 millions de m3/an représentant 17 % de la production nationale d’eau potable. En outre, le secteur prévoit la réalisation de deux autres stations dans les wilayas d’El-Tarf et d’Alger d’une capacité de 300 000 m3/j chacune. Il convient de rappeler que l’Etat a consenti beaucoup d’efforts et a déployé beaucoup de moyens en vue d’atteindre les objectifs du millénaire pour le développement en matière d’accès universel à l’eau potable, affirmant qu’à l’échelle nationale, le taux de raccordement aux réseaux d’alimentation en eau potable a atteint les 98 %.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter