Nationale

#TITRE

299

Protection et promotion des droits de l’homme

Le CNDH agit sur plainte ou requêtes

17 janvier 2018 | 00:28
Lilia Ait Akli


Le Conseil national des droits de l’homme (CNDH), à la veille de son bilan annuel, a enregistré 848 plaintes et requêtes. Ce bilan, le premier depuis la constitutionnalisation de ce Conseil est en phase de préparation, a indiqué hier la présidente du CNDH Benzerrouki Fafa Sid Lakhdar lors de son intervention au Forum d’El Moudjahid.


C’est dans ce sens que le Conseil est intervenu sur plus de la moitié de ces plaintes, à savoir la résolution de 577 affaires. Fafa Sid Lakhdar a souligné l’importance de signaler toute violation et atteinte aux droits de l’homme, en vue de prendre les mesures adéquates. En matière de protection de l’enfance, la présidente du CNDH a rappelé la détermination de son institution à veiller sur la protection sans faille de cette catégorie de la société. Citant principalement les enfants nés sous « X », elle a annoncé le chiffre alarmant de « 3 000 enfants qui naissent sans identité annuellement, ce chiffre ne cessant d’augmenter », regrette-t-elle. C’est pour cela et dans le but de protéger ces enfants victimes, que « nous proposons au gouvernement d’autoriser les juges à avoir recours à l’utilisation des tests ADN pour déterminer la filiation de l’enfant même dans le cas de l’inexistence d’acte de mariage » précise Sid Lakhdar. Elle poursuit : « Le but n’est pas d’établir le mariage mais la filiation de l’enfant, car il est question du droit de l’enfant et de celui de la femme, et de les protéger. » Autre propositions que le conseil a soumis au gouvernement et au Parlement, c’est celui de lever l’interdiction des marches pacifiques dans la wilaya d’Alger, en signalant que « le recours à la grève est un droit. Mais après avoir tenté d’autres solutions, c’est-à-dire recourir au dialogue », en référence à la grève qui paralyse actuellement le secteur de l’enseignement et celui de la santé. Sur ce dernier cas, l’invitée du Forum d’El Moudjahid, dit être intervenue pour jouer le rôle de médiateur entre les médecins résidents grévistes et leur tutelle, dans le but de faire renouer le dialogue entre les deux parties, chose faite », indique-t-elle. Interpellée sur le jeune algérien migrant clandestin, décédé dans une prison espagnole le 29 décembre 2017, la présidente du CNDH dit avoir contacté le ministère des Affaires étrangères et compter saisir son homologue à Madrid, mais avant, avoir toutes les informations sur cette affaire. Pour ce qui est des recommandations des Nations unies en matière de droits de l’homme, Benzerrouki Fafa Sid Lakhdar rassure sur le fait que la spécificité de l’Algérie et ses repères ne seront en aucun cas mis en question, preuve en est « la non-application de cinq recommandations sur 95, considérée comme étant une ligne rouge », mentionne-t-elle. La présidente du CNDH, lors de sa présentation du Conseil, est revenue sur le rôle que joue le Conseil en matière de protection des doits de l’homme et des libertés. Elle a mis en exergue les efforts consentis par le gouvernement pour ce qui est de la protection et de la promotion des droits de l’homme. Ces efforts ont commencé avec la création d’un ministère des Droits de l’homme en 1991, et en 1992 du Centre national des droits de l’homme arrivant au Conseil chargé de promouvoir les droits de l’homme, outre le rôle de protection et de sensibilisation. « Ce conseil, qui jouit d’une autonomie financière et administrative, dépend de la présidence de la République, » rappelle-t-elle. « Le CNDH œuvre à décrocher la lettre « A » classant l’institution en conformité avec les principes de Paris », espère Fafa Sid Lakhdar. Actuellement il est classé dans la « B ».

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter