Economie

#TITRE

1412

Le Brent à près de 47 dollars à Londres

19 juillet 2016 | 14:17
APS

Les prix du pétrole continuaient à perdre du terrain mardi en cours d’échanges européens, sur fond de résurgence des inquiétudes concernant l’excès mondial d’offre alors que les stocks de produits pétroliers sont très élevés.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 46,81 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 15 cents par rapport à la clôture de lundi.
Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en août perdait 10 cents à 45,14 dollars.

Les cours du Brent et du WTI restaient orientés à la baisse ce mardi, en ligne avec la tendance observée depuis le début du mois de juillet même si les prix se sont légèrement repris depuis leurs plus bas en deux mois du 11 juillet. "Les facteurs baissiers l’ont emporté sur les agents haussiers au cours des dernières 24 heures avec ces craintes concernant une surabondance mondiale d’offre refaisant surface sur fond de préoccupations pour la demande", relevaient des analystes.
Ces inquiétudes autour des excédents mondiaux d’or noir expliquaient également, selon une autre analyst, que certaines informations de nature à soutenir le marché soient passées totalement inaperçues.
Ainsi les cours ont décliné "malgré le fait que l’Energy Information Administration (EIA, une antenne du département américain de l’énergie, DoE) prévoit une baisse de 99.000 barils par jour de la production de pétrole de schiste américaine en août", ce qui constituerait un 10e mois consécutif de déclin, notait la même source.

De même, les prix du brut n’ont guère tenu compte de prévisions faisant état d’une baisse de 2,2 millions de barils des stocks américains de pétrole brut la semaine dernière.
Les investisseurs auront toutefois de quoi affiner ces prédictions avec les estimations de l’American Petroleum Institute (API) attendues ce mardi après la clôture des échanges, avant les chiffres officiels du département américain de l’énergie (DoE) mercredi.
Ils faisaient notamment remarquer que les stocks de gazole en Europe occidentale avaient augmenté au cours de ces trois dernières semaines, se rapprochant ainsi de leur niveau record de la fin de l’année 2015.

En outre, ajoutaient-ils, les Etats-Unis ont déjà commencé à stocker de l’essence en prévision des déplacements de l’été 2017. "On constate une certaine nervosité ces derniers jours sur l’évolution du prix du baril de pétrole qui laisse penser que les prix pourraient rebaisser", concluait un analyste.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter