Nationale

#TITRE

509

Daech, médiation régionale, réconciliation nationale

La vision algérienne courtisée par Washington

3 juin 2016 | 19:44
F. Sofiane


Depuis que l’Algérie a cerné le terrorisme à l’intérieur après la Réconciliation nationale, qui demeure un facteur important dans la lutte contre cette menace, et depuis que l’Algérie a intégré sa vision globale dans le traitement des conflits armés dans la région, notamment avec l’Accord d’Alger qui a réconcilié l’Etat malien avec la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), en avril 2015, et la contribution sécuritaire et politique envers ses voisins tunisien et libyen, ses partenaires étrangers, dont le Département d’Etat américain, viennent de reconnaître et saluer cette approche globale et cette vision dont l’Algérie a fait preuve.


L’Algérie, qui n’est plus à présenter dans la lutte contre le terrorisme, est devenue un pays pivot dans les traitements des conflits régionaux.


Elle fait face aussi au terrorisme dont la présence ne cesse de s’élargir dans la région du Sahel et au Maghreb. Une lutte qui, en 2015, avait permis la décapitation de Jound El Khilafa, une organisation terroriste affiliée à Daech et, d’autre part, cerné les activités d’Al Qaida au Maghreb Islamique (Aqmi).


L’Algérie a également soutenu, très fort, le Mali dans son processus de paix et de réconciliation avec les Azawad après la signature de l’Accord de Paix à Alger en avril 2015. L’Algérie a aussi contribué pleinement à la réconciliation en Libye, et en Tunisie après le départ de l’ex-président Ben Ali.


Cette présence de l’Algérie au côté de ses voisins, mais aussi cette lutte exemplaire et très efficace qu’a mené l’Etat algérien et qu’il continue de mener contre le terrorisme et le radicalisme, sont vivement appréciés par ses partenaires étrangers, dont le Département d’Etat américain qui vient, à travers son rapport annuel 2015, de saluer l’Algérie.


Un rapport annuel 2015 sur la lutte anti-terroriste dans le monde, à travers lequel le Département d’Etat a rendu un vibrant hommage aux efforts consentis par l’Algérie pour contenir le terrorisme, mais aussi pour aider ses voisins qui sombrent dans les conflits armés.


Ce document réalisé par le Département d’Etat a non seulement salué l’Algérie, mais il a également fait de la vision algérienne l’une des approches les plus fiables et viables pour lutter contre le terrorisme et aussi pour faire face aux conflits armés.


Les Américains ont rappelé et appuyé fort la vision algérienne globale de lutte contre le terrorisme et les efforts consentis par les Hautes Autorités, depuis plus de deux décennies, dans le traitement efficace de cette menace mondiale, indiquant que « l’Algérie demeure un partenaire important dans la lutte contre le terrorisme « . Le rapport fait mention de la Réconciliation nationale que le Président de la République, a initiée en 2005 pour sortir le pays d’un conflit qui a duré une décennie (1990-2000).


C’est grâce à cette Charte, que des milliers de terroristes de l’ex-AIS, (ex-branche armée de l’ex-FIS dissous) se sont repentis. Admiratifs de cette politique, les Américains ont pris ce modèle algérien comme l’un des plus importants outils pour endiguer le terrorisme dans le monde.


Ledit document américain, qui couvre la période du 1er janvier au 31 décembre 2015, rappelle l’expérience de l’Algérie dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et il met en exergue la stratégie algérienne poursuivie en ce sens, qui fait appel aux outils d’information, de prévention et de sécurisation des frontières, dans la poursuite de sa lutte contre cinq organisations terroristes dont Aqmi, Al Mourabitoun, Mujoa, Daech et Ansar Acharia, qui restent des menaces actives dans le pays et sur ses frontières.


Daech en Algérie, pas d’inquiétude selon les Américains


Le Département d’Etat américain a, dans son rapport annuel, décliné le risque de Daech en Algérie. Dans ce registre, ledit rapport a affirmé que les cellules qui ont donné allégeance à Daech demeurent très réduites en nombre.


« Des cellules, pour la majeure partie de ces groupes, ont fait état de leur allégeance à Daech, mais elles comptent un nombre très réduit d’éléments « a rapporté le Département d’Etat.


Par ailleurs, le Département d’Etat, tout en applaudissant la manière dont l’Algérie mène sa lutte contre le terrorisme, a indiqué qu’aucune prise d’otages par les groupes armés n’a été déplorée dans la région du Sahel contrairement aux années précédentes qui a vu plusieurs enlèvements d’Occidentaux par Aqmi.


Sur ce plan, les américains ont expliqué que cette performance repose sur les efforts déployés par les services de sécurité algériens qui sont très présents aux frontières, mais aussi suite à la formation des forces de sécurité de la région sahélienne et maghrébine par des formateurs algériens.


« Des efforts ont également été menés pour raffermir le dispositif sécuritaire de proximité et de surveillance et de la politique de non-concession envers les prises d’otages par les groupes terroristes, d’où l’absence de toute référence aux enlèvements par des groupes terroristes durant toute l’année 2015 », relève le département d’Etat dans son rapport annuel.


Renforcement juridique salué par les Américains


 


Selon ledit document, « la stratégie algérienne, qui se fonde par ailleurs sur le rejet de toute coalition ou alliance contre Daech, au nom du principe de non-intervention dans les affaires intérieures des autres Etats, a pris en compte d’autres formes de lutte contre ce groupe terroriste, à travers notamment l’adoption de mesures de prévention, de sécurité et de participation, comme le montre l’intérêt que l’Algérie a accordé au processus de Washington de lutte contre l’extrémisme violent et la contribution substantielle au débat sur ce phénomène, à travers l’organisation à Alger d’une conférence internationale sur la dé-radicalisation « .


Sur un autre plan, le Département d’Etat a salué le renforcement juridique par l’Algérie pour contrer les fetwas émanant de l’étranger et qui appellent au djihad au côté de Daech.


Il est important de rappeler qu’en mars 2016, le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, avait dévoilé la mise en place d’une loi qui punit chaque Algérien voulant rejoindre les rangs de l’Etat Islamique en Irak et Syrie. Le retour de chaque djihadiste algérien vers le pays sera sanctionné par son arrestation et son emprisonnement, avait déclaré Tayeb Louh.


Le Département d’Etat a relevé, également, les mesures prises par l’Algérie en ce qui concerne les mises en garde contre les fatwas émanant de l’étranger, la mise en place d’un organe national de lutte contre la cybercriminalité, la préparation du lancement d’un observatoire sur l’extrémisme violent et d’une institution nationale de la fatwa, la mise en conformité de la législation nationale avec les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité de l’ONU ainsi qu’avec les recommandations du GAFI, l’adoption de nouvelles dispositions concernant la garde à vue, la restructuration du DRS-SCORAT-SCAAT et le renforcement sécuritaire des frontières.


D’autre part, le rapport, établi au 31 décembre 2015, note que l’Algérie a poursuivi la mise en œuvre de réformes internes et a fait preuve de progrès en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.


Dans l’ensemble, ces importants développements juridiques et institutionnels dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme ont été positivement appréciés par le Département d’Etat..


Le document fait remarquer, enfin, que dans le cadre de sa stratégie de lutte antiterroriste, et en reprenant une déclaration du ministre tunisien de la Défense « l’Algérie assure la formation des forces spéciales de la Tunisie pour la sécurisation des frontières sur la base d’un accord bilatéral ».

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter