Articles similaires

Nationale

#TITRE

617

La victoire après 132 ans de joug colonial

18 mars 2018 | 18:54


L’Algérie commémore le 56e anniversaire des accords d’Evian, signés le 19 mars 1962 à Evian en Suisse, qui avaient marqué la fin de sept années d’une guerre féroce menée contre le peuple algérien.


Le cessez-le-feu signé le 19 mars 1962 est la fête de la Victoire et a marqué la fin d’une guerre qui a fait 1,5 million de morts du côté algérien. Pour les Algériens, cette date représente la fin des hostilités après le sursaut révolutionnaire (1954-1962) de tout le peuple algérien qui a enduré presque huit années de massacres, de misère, de tueries, commis par le colonialisme français qui a laissé derrière lui un triste bilan sans équivalent dans l’histoire des colonisations à travers le monde. Mais la réalité est là, car la victoire a été remportée grâce à la ténacité et à la lutte acharnée menée par tout un peuple qui a toujours refusé l’ingérence et la soumission en dépit de tous les crimes et misères subis, ce qui a fait de lui un symbole et un exemple pour tous les peuples assoifés de liberté.


Cessez-le-feu et naissance de l’OAS


Selon notre confrère Benyahia Adda, journaliste à Réflexion et spécialiste de l’histoire de la Révolution, « le cessez-le-feu représente également une paix signée et légitime après cette longue présence de cet ennemi indésirable qui a commis les pires exactions depuis son intrusion en Algérie, où les combats pour le chasser n’ont pratiquement jamais cessé ». Et d’ajouter : « Rappelons-nous de l’Emir Abdelkader, d’El Mokrani, de Boubeghla, de tous les autres qui ont mené une lutte acharnée et sans merci contre l’occupant qui, non seulement volait nos terres et nos biens, mais aussi nous humiliait. Pour les combattants algériens, même une défaite était une victoire remportée sur cet ennemi ‘’puissant’’.


Les mois qui suivirent l’accord, les Algériens n’ont pas connu d’apaisement. Et pour cause, l’OAS, cette « organisation d’assassins sanguinaires », ainsi que les différentes factions racistes et terroristes dirigées par les commanditaires français de l’ombre (Salan et consorts), « meurtris » par une telle victoire des Algériens, commirent les pires massacres inimaginables, des exactions, des attentats sur le peuple algérien dupé et trahi, achevant le travail macabre interrompu par le cessez-le-feu. » Il faut rappeler qu’avant Evian, des contacts secrets ont eu lieu dès le 20 mai 1961, et d’autres le 7 mars 1962, pour aboutir le 18 mars 1962 à un accord définitif entre le GPRA et la France.


Pendant ces longues négociations, l’Algérie a été représentée par Krim Belkacem, Taïeb Boulahrouf, Saâd Dahlab, Mohamed-Seddik Benyahia, Benmostefa Benaouda, Redha Malek, Lakhdar Bentobal, M’Hamed Yazid et Seghir Mostefaï. En face d’eux, ceux qui représentaient la France, Louis Joxe. « La nouvelle a été annoncée par la radio du FLN qui n’a pas hésité un instant à diffuser des chants patriotiques.


« C’était le début de la fin, en débit des massacres de l’OAS qui semait la terreur et tirait sur tout ce qui bouge », témoigne Hadja Dalila, 85 ans. Et d’ajouter : « Je me rappelle que quelques jours après ce jour historique, nous sommes sortis pour le référendum sur l’indépendance de l’Algérie. Il était effectivement naturel de dire « oui » à la liberté ».

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter