Nationale

#TITRE

258

La sécurité et le développement durable à l’ordre du jour

9 juin 2018 | 01:46
Aziza Mehdid

La Conférence ministérielle Afrique-Pays nordiques s’érige en espace de dialogue et de concertation, permettant à l’Afrique de sensibiliser ses partenaires nordiques sur ses multiples priorités. C’est ce qu’a affirmé avant-hier à Copenhague le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, se félicitant, à cet égard, du renforcement de cette rencontre qui se tient chaque année.

Messahel estime que l’importance de cette conférence émane de la vocation que les deux parties lui assignent et qui tend à consolider leur coopération mutuelle, notamment dans le domaine sécuritaire. « Cette conférence offre à l’Afrique l’opportunité de sensibiliser ses partenaires nordiques sur ses multiples priorités liées tant à la paix et la sécurité qu’à la promotion de son développement socioéconomique », a-t-il souligné. Elle permet, ajoute le ministre, de faire connaître à ces mêmes partenaires combien sont nombreuses les opportunités d’investissements et d’échanges commerciaux générés par cette dynamique de croissance qui a distingué notre continent durant ces deux dernières décennies.

Illustrant les réalisations de ce mécanisme de coopération, le chef de la diplomatie algérienne s’est référé à l’intérêt porté par les pays nordiques aux cinq axes prioritaires de la stratégie décennale de la BAD pour 2013-2022, tout en mettant en avant l’énergie, l’agriculture, l’industrie, l’intégration et l’amélioration des conditions de vie des populations africaines ainsi que leur participation au Fonds africain de développement.

Messahel a indiqué qu’il en est de même de l’appui de ces mêmes pays aux efforts de l’Afrique en matière de construction de sa propre architecture de paix et de sécurité.

Abordant les thématiques liées au développement, au commerce et à la promotion des jeunes et du dividende démographique, Messahel a soutenu que l’Afrique s’emploie à construire des sociétés moins vulnérables. D’où son ambition légitime de se donner les moyens d’être progressivement plus fortes, et ce, dans un monde dominé par une globalisation porteuse à la fois d’opportunités et de défis, a-t-il précisé.

Il a, dans le même contexte, mis en exergue le fait que la force des sociétés de demain réside dans la mise en œuvre de programmes qui prônent l’égalité, la promotion des droits de l’homme et des libertés individuelles.

Evoquant l’expérience algérienne concernant la signature du partenariat public privé (PPP) en décembre dernier, le ministre a fait savoir que « le dialogue social impliquant les institutions publiques, les partenaires économiques publics et privés, les syndicats ainsi que les organisations de la société civile est une condition de la réussite des politiques basées sur ces valeurs ».

Il a, par ailleurs, souligné que la mise en œuvre de ces approches inclusives facilite la mobilisation des ressources, des énergies et des moyens de la société dans le cadre d’alliances innovantes, tels que le partenariat public-privé sous ses différentes formules.

Une telle démarche, explique le ministre, permet de construire des économies autour d’objectifs communs guidés par la préservation de l’intérêt général dans une

logique de gagnant-gagnant et de prospérité partagée.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter