Articles similaires

Nationale

#TITRE

233

La réunion des Forces de l’alternative démocratique interdite

28 août 2019 | 20:41
FFS RCDRAJ Lilia Ait Akli

Prévue pour ce mecredi, la réunion des Forces de l’alternative démocratique, qui regroupent principalement les partis de l’opposition, n’a pas eu lieu, faute d’autorisation de la wilaya d’Alger. Une nouvelle demande sera donc déposée pour la tenue de la convention le 9 septembre.

C’est à travers un communiqué publié mardi que les Forces du pacte de l’alternative démocratique ont informé l’opinion publique du refus des autorités de la tenue de cette réunion prévue initialement le 31 août, avancée au 28 août pour indisponibilité de la salle. « Un refus non motivé », indique ce communiqué. Intervenant après l’interdiction de la tenue de l’université d’été de l’association Rassemblement action jeunesse (RAJ), ce refus a été dénoncé par les Forces de l’alternative démocratique qui appellent à la solidarité et à la mobilisation d’un large front pour la sauvegarde et la défense des libertés démocratiques, comme cela a été souligné sur la page Facebook de la LADDH qui a réagi à cette interdiction. En effet, le même jour un refus a été notifié au RAJ interdisant la tenue de son université d’été, prévue pour les 28, 29 et 30 août. La wilaya de Béjaïa a interdit la tenue de cette rencontre, prévue à Tichy. La décision a été tout de suite dénoncée par le président de cette association, Abdelouahab Fersaoui, qui a exprimé son indignation. « Ce refus traduit la volonté et la détermination du pouvoir en place d’interdire tout espace de débat, d’échange, de dialogue et de partage libre d’idées », a-t-il indiqué.

Les Forces du pacte de l’alternative démocratique regroupant la LADDH, le RCD, le FFS, l’UPC, le PLD, le MDS, le PT et le PST, des acteurs qui militent en faveur d’une période de transition, animeront cependant une conférence de presse le 31 août à Alger.

Ouverte à toutes les forces nationales, la réunion des Forces de l’alternative démocratique se veut un espace d’échange de visions et de propositions, qui permettrait de sortir avec une feuille de route à même de mettre un terme à la crise que traverse le pays depuis maintenant six mois. L’essentiel est d’être en adéquation avec les revendications du peuple exprimées depuis le 22 février, qui a comme revendication initiale le changement du système. Une période de transition est nécessaire, selon la vision des Forces de l’alternative démocratique, pour créer un nouveau climat politique et institutionnel. Cependant, il convient de rappeler que l’option d’une transition est rejetée par le pouvoir qui préconise l’organisation, dans les plus brefs délais, d’une élection présidentielle.

Ce sont donc deux grandes tendances qui se sont formées, notamment chez la classe politique. D’un côté il y a ceux qui plaident pour la tenue de l’élection présidentielle et de l’autre ceux qui optent pour un processus constituant. La possibilité d’allier ces deux propositions a été soulevée par certains acteurs de la société civile lors de la rencontre des Dynamiques de la société civile qui, notons-le, ont eu le mérite de réunir autour d’une même table des partis politiques et des personnalités de divers horizons.

Les Dynamiques de la société civile, pour rappel, n’ont reçu l’autorisation de se réunir qu’après un premier refus de la wilaya d’Alger.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter