Culture

#TITRE

364

La réalité des liens entre les peuples libanais et syrien

31 juillet 2017 | 19:06
APS

Le film libanais “ Mahbas”, réalisé par Sophie Boutros, reflète une image de la réalité des relations et des liens entre les peuples libanais et syrien, a indiqué dimanche soir à Oran, la productrice de cette œuvre cinématographique, Nadia Eliewat.

La productrice a affirmé, lors d’une conférence-débat animée au terme de la projection de son film “ Mahbas”, au dernier jour de la 10e édition du Festival international d’Oran du film arabe (FIOFA) qui sera clôturée lundi soir (31 juillet), que ce film reflétait une image de la fraternité, d’une part, et les séquelles du différend et de l’ancien conflit pendant la guerre civile au Liban dans les années 1980.

La productrice a plaidé en faveur de l’importance de réaliser des films qui traitent des questions d’actualité et du passé, soulignant que “ le cinéma pourrait panser les anciennes plaies et faire renaître l’amour et la fraternité entre les différentes parties du monde arabe”.

D’une durée de 92 minutes, ce film relate l’histoire de “ Thérèse”, l’épouse du maire d’une commune libanaise située en pleine montagne et qui s’apprêtait à accueillir la famille du fiancé de sa fille avant qu’elle ne découvre que cette même famille est originaire de Syrie.

Thérèse commence alors à recourir à tous moyens susceptibles d’empêcher ces fiançailles, qui se sont finalement concrétisées en mariage, et ce, en dépit des complots ourdis par la mère qui éprouvait une haine viscérale pour la Syrie.

“Thérèse” vit avec les souvenirs de son frère mort suite aux tirs de l’artillerie syrienne. Dans ce même sillage, le film aborde la question du flux migratoire syrien vers le Liban, les litiges relatifs à la terre et bien d’autres sujets.

Réalisée en 2016, cette œuvre a connu la participation d’acteurs et actrices, à l’instar de Julia Kassar, Ali el-Khalil, Bassam Koussa, Nadine Khoury et Serena Chami. Par ailleurs, un autre film long métrage est programmé pour dimanche soir, à la salle “ Maghreb” qui a abrité, une semaine durant, cette catégorie de films inscrits au titre du FIOFA.

Cette projection syrienne intitulée “El Ab” (le père) du réalisateur Bassil Al Khatib relate la tragédie vécue par la Syrie depuis des années et le personnage d’Ibrahim Abdellah qui tente de sécuriser la sortie des gens de son village et de sa famille vers un lieu sûr, après avoir été pris au piège de l’organisation terroriste connue sous le nom “ Daech”. Réalisé en 2017, ce long métrage a connu la participation d’Aymen Zidane, Robine Aissa, Yahia Biazi, Alaâ Kasseem, Rana Karam ainsi que d’autres acteurs.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter