Nationale

#TITRE

413

La police coloniale marocaine réprime violement une manifestation

27 décembre 2017 | 21:29
M. D.


Plusieurs citoyens et citoyennes sahraouis ont été blessés suite à « la répression systématique des forces de l’occupation marocaine pour disperser une manifestation pacifique, organisée dans la ville occupée de Boujdour, en solidarité avec le détenu politique Abdelmoula El-Hafidi, en grève de la faim depuis plus de 2 semaines, a indiqué l’’Agence de presse sahraouie (SPS).


« Les forces de répression marocaines sont intervenues brutalement pour disperser les membres de la famille du détenu politique sahraoui Abdelmoula El-Hafidi en sit-in devant la demeure familiale avec de nombreux sympathisants sahraouis pour appeler à ce que le détenu sahraoui puisse jouir de ses droits légitimes que lui refuse l’administration pénitentiaire d’Oudaya (sud de Marrakech) où il est détenu et en grève de la faim depuis plus de 2 semaines », a indiqué la SAP.


« Les autorités d’occupation marocaine ont eu recours à la force absolue à travers le déploiement en grand nombre de ses appareils de répression, civils et militaires, causant ainsi des blessures à plusieurs sahraouis ayant participé au sit-in, dont la mère, les frères et sœurs du détenu », a précisé la même source.


Il est à rappeler que le détenu politique sahraoui, Abdelmoula El-Hafidi se trouve dans un très mauvais état de santé et souffre des complications liées à la grève de faim qui’ il a entamée depuis plus de deux semaines.


Le conflit du Sahara Occidental est le plus vieux en Afrique. Eclaté en 1975, les belligérants, le Maroc et le Front Polisario, ont conclu un cessez-le-feu en 1991 suivi de négociations qui ont conduit à la signature des accords de Houston (Etats-Unis).


Ces accords prévoient la tenue d’un referendum d’autodétermination du peuple sahraoui qui a été ensuite renié par l’occupant marocain.


Suite à sa nomination, le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, avait souligné la nécessité de mettre fin au conflit au Sahara occidental, exprimant son engagement à lancer le processus de négociations entre les deux parties du conflit (le Front Polisario et le Maroc) à la faveur d’une « nouvelle dynamique « , et ce afin de parvenir à un règlement politique garantissant le droit du peuple du Sahara occidental à l’autodétermination.


Dans son rapport sur la question du Sahara occidental présenté lors de la 72e session de l’Assemblée générale de l’ONU, M. Guterres, a souligné « la nécessité de mettre fin au conflit au Sahara occidental dans les plus brefs délais afin de permettre à la région de faire face aux menaces sécuritaires, aux défis économiques et aux souffrances humaines de façon coordonnée et humaine « .


M. Guterres a affirmé, encore une fois, son engagement « à relancer le processus de négociations avec une nouvelle dynamique et un nouvel esprit, afin de parvenir à une solution politique définitive et acceptable par les deux parties du conflit (le Polisario et le Maroc) et garantir au peuple sahraoui son droit à l’autodétermination dans un contexte conforme aux principes de la Charte de l’ONU et à ses objectifs.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter