Nationale

#TITRE

460

« La peine de mort comme châtiment ! »

13 août 2016 | 19:11
Amine B.

La mort tragique à Tizi Ouzou de la petite Nihal ravive la douleur des proches des autres petits anges partis dans des circonstances similaires.

Un rassemblement a réuni hier à Constantine, devant le cabinet du wali, une trentaine de personnes parmi lesquelles se trouvaient des parents d’enfants disparus dont ceux de Brahim et Haroun, les deux petits assassinés en 2013 par leurs ravisseurs trois jours après leur enlèvement, ainsi que le père de Leith, le bébé kidnappé de la nurserie du CHU Dr Benbadis, fort heureusement retrouvé deux semaines plus tard dans la localité de Tamalous à Skikda.

Des photos d’enfants, disparus dans leur majorité dans des circonstances dramatiques et autres pancartes réclamant la peine de mort ont été brandies par les manifestants

Pour nombre de personnes ayant pris part presque instinctivement au rassemblement, les pouvoirs publics doivent réagir et appliquer la peine de mort comme châtiment pour au moins les crimes commis contre les enfants. « Difficile d’oublier ce qui a pu arriver à mon enfant », lance d’ailleurs le père de Brahim.

« J’ai du mal à trouver le sommeil depuis la tragédie « , enchaînant que seule l’exécution des assassins de son fils pourrait lui permettre « peut-être « de faire son deuil. Brahim avait été enlevé avec son ami Haroun et leurs corps retrouvés ligotés, l’un dans une valise et l’autre dans un sac, abandonnés dans un chantier à quelques dizaines de mètres de leurs domiciles. Des camardes des deux garçons, ont fait aussi le déplacement pour soutenir les parents de leur amis partis pour toujours.

Un élan de solidarité animait d’ailleurs l’ensemble des présents. « Al-kissas « , un mot qui revient à chaque fois qu’un drame touche un enfant et qui devrait selon un des présents « susciter, au plus, une réaction des pouvoirs publics, au moins l’instauration d’un débat sérieux sur le sujet. »

La même personne, paraissant parfaitement au fait du sujet, a même souhaité que si débat il y a autant l’engager sereinement maintenant loin des surenchères et autres exploitations aux buts inavoués.

Les manifestants n’ont pas non plus manqué de soulever leur « exigence « aux plus hautes autorités de l’Etat dans une lettre laissée aux bons soins des autorités locales de la troisième ville du pays.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter