Culture

#TITRE

421

« La longévité du Festival international de Timgad reflète son succès »

13 juillet 2016 | 19:55
R. C.

La longévité du Festival international de Timgad reflète le succès de cet événement, a indiqué dans la nuit de mardi à mercredi le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi à l’ouverture de la 38e édition de ce festival.

La scène du site archéologique de Thamugadi a vu défiler des grands artistes algériens et de vedettes arabes et étrangères et le festival a perpétué l’acte culturel, a précisé le ministre. 

Rappelant que la Constitution a consacré la culture comme un droit à tous les citoyens, Mihoubi a appelé investisseurs et opérateurs publics et privés à appuyer les festivals internationaux organisés à travers le pays. 

Dans une conférence de presse tenue avant l’ouverture de cette nouvelle édition, le ministre de la Culture a indiqué que 77 festivals ont été retenus à travers le pays après une réorganisation des festivals, affirmant que la liste maintenue sera également révisée. 

Il a, dans ce sens ajouté que l’objectif est de proposer des manifestations culturelles de qualité, véritable vitrine de la culture algérienne, soulignant qu’une première évaluation a conduit à reconsidérer certains festivals comme des manifestations culturelles locales. 

Mihoubi a également souligné que son département a œuvré à maintenir les festivals internationaux, soutenant que ceux-ci véhiculent la culture algérienne dans toute sa diversité. Le ministre a également mis en exergue l’importance d’appuyer l’acte culturel par la participation dans son financement à travers l’investissement dans le domaine de la culture.

Il a souligné que la culture demeure « le produit » des sociétés et non pas du ministère ou de l’administration, rappelant le volet de coopération avec le ministère du tourisme et de l’artisanat s’agissant de la promotion de la culture algérienne et la destination Algérie.

Une première soirée à 100% algérienne

Le rideau de la première soirée de la 38e édition du Festival international de Timgad s’est levé sur une belle prestation de la troupe Rahaba de N’gaous. La soirée a été 100% algérienne. Elle a débuté sur les sons de la gasba et bendir de la troupe Refaâ, conservatrice du vieux genre musical auressien des Rehaba. Le chanteur chaoui Hamid Belbèche lui a succédé en interprétant ses tubes de chaoui moderne.

La musique kabyle avec Taousse Arheb, le raï tlemcenien avec Anouar et le genre sétifien avec Khalass ont régalé les milliers de mélomanes présents sur les tribunes du théâtre de plein air mitoyen au site archéologique de Timgad. L’enthousiasme du public a été porté à son paroxysme avec la montée sur scène de Kader japoni qui interprété ses chansonnettes à succès auprès des jeunes chantant l’amour, l’espoir et les tracas des jeunes.

Cette première soirée s’est poursuivie jusqu’aux premières heures de mercredi avec un public qui entrait rapidement en communion avec chacun des artistes. Les chanteurs de cette soirée ont unanimement salué le public mélomane de Timgad toujours ouvert, a affirmé Taousse, à tous les genres musicaux. « Un public en or », ont estimé Kader et Anouar

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter