Articles similaires

Nationale

#TITRE

409

La grande offensive de la Gendarmerie en 2017

28 février 2018 | 23:09

L’année 2017 a été très mouvementée en matière de lutte contre la criminalité dans toutes ses formes. Le bilan annuel des activités de la Gendarmerie nationale pour l’année 2017, présenté hier par le Commandement de ce corps parle de lui-même.

Sous le slogan « La sécurité est un acquis collectif, contribuons tous à le préserver », la conférence de presse organisée hier au siège du Commandement de la Gendarmerie nationale et animée par son directeur de la Sécurité publique et de l’emploi (SPE), le colonel Mounir Laâldji, a été l’occasion pour présenter le bilan annuel des activités des gendarmes durant l’année 2017. Le colonel Laâldji a entamé son allocution en présentant le bilan des affaires traitées et celui des personnes arrêtées durant la période considérée qui, faut-il le signaler, sont en nette hausse. Selon lui, durant l’année 2017, les différentes unités de la Gendarmerie nationale ont traité 274 637 dossiers de procédure judiciaire contre 114 738 durant l’année 2016, soit une hausse de 140%. Il en est de même pour le nombre des arrestations où une augmentation très significative a été enregistrée, passant de 115 487 personnes arrêtées en 2016 à 265 520 en 2017, soit une augmentation de 130%. Quelles en sont les causes ? Selon le colonel Mounir Laâldji, cette hausse recensée dans le nombre des arrestations et des affaires traitées repose sur une stratégie proactive des unités de la Gendarmerie nationale durant l’année passée, qui a permis de réaliser d’excellents résultats sur le terrain. « Si le nombre des procédures judiciaires est en hausse et systématiquement celui des arrestations, cela est un indicatif positif qui confirme l’efficacité du travail de nos unités sur le terrain et celle de notre nouvelle stratégie établie durant l’année passée. Je salue au passage le rendement de nos unités. Et notre seul objectif est de rendre la vie plus agréable aux citoyens et de sécuriser leur vie et leurs biens », a indiqué le directeur de la SPE de la Gendarmerie nationale. Sur le plan des faits incriminés (enquêtes préliminaires et flagrants délits), le nombre des affaires a augmenté en 2017 par rapport à l’année 2016. La Gendarmerie nationale a enregistré 273 201 faits incriminés en 2017 contre 109 304 en 2016, soit une hausse de 149%. Quant au nombre des personnes impliquées, il est également en nette augmentation. Elles étaient 106 228 personnes incriminées en 2016 et leur nombre est passé à 265.520 en 2017, soit une hausse de 150%. Pour le colonel Laâldji, l’explication de cette hausse repose, elle aussi, sur une augmentation de l’action proactive des unités de la Gendarmerie qui a permis de donner de tels résultats positifs. Les faits incriminés concernent tout ce qui est atteintes à l’ordre et aux dispositions juridiques, aux personnes, à la sécurité publique et à la sûreté de l’Etat, aux biens, à l’environnement. Ils concernent aussi le faux et la tromperie et les actes liés aux drogues contrôlées ou d’autres substances pyschoactives. Aussi, le plus grand nombre des faits incriminés est recensé à Guelma, Batna, Sétif, Mila, Alger et Tlemcen, dira le colonel Laâldji.

Les lois spéciales ou le grand nettoyage mené par la Gendarmerie

Durant l’année 2017, le Commandement de la Gendarmerie nationale a été contraint de mener une grande opération de nettoyage dans les milieux du commerce illégal, de la fraude fiscale et du travail au noir afin de remettre de l’ordre et participer à la sauvegarde de l’économie nationale, tout en appliquant les lois spéciales. C’est d’ailleurs en application des lois spéciales

que les gendarmes ont enregistré une hausse très considérable du nombre des affaires traitées et des personnes impliquées. Elle est passée à plus de 485% en 2017 part rapport à l’année 2016. Les infractions relatives aux dispositions et activités commerciales, au trafic de boissons alcoolisées et de tabac, à l’atteinte à l’environnement et à la santé animale et aux dispositions fiscales sont les plus fréquentes, représentant un taux de 85% de l’ensemble des atteintes. En chiffres, la Gendarmerie a enregistré 148 797 affaires en 2017 contre seulement 25 457 en 2016. Quant au nombre des personnes impliquées, il est passé à 137 020 en 2017 contre 26 506 en 2016, soit une hausse de 417 %, explique le colonel Mounir Laâldji.

Les infractions aux codes liés au registre du commerce, aux conditions d’exercice des activités commerciales et aux règles applicables dans les pratiques commerciales représentent 55% des infractions liées aux lois spéciales traitées durant l’année 2017, avec un nombre d’infractions estimé à 82 142 cas, selon le bilan de la Gendarmerie. Suivi de 17 988 infractions liées au trafic de boissons alcoolisées où 17 988 auteurs présumés sont impliqués dont 395 déjà écroués, alors que 307 855 litres d’alcool et plus de 1,3 million de bouteilles de liqueurs ont été saisis. Le trafic de boissons alcoolisées représente 12% par rapport à l’ensemble des infractions liées aux lois spéciales traitées durant la même période. Quant aux infractions liées aux codes relatifs à l’atteinte à l’environnement et à la santé animale, elles représentent 12% des lois spéciales avec un nombre d’affaires traitées estimé à 17 914, dans lesquelles 16 140 personnes sont impliquées et 128 écrouées.

Aussi, les gendarmes spécialement formés dans le domaine de l’urbanisme ont introduit 6 907 infractions contre des personnes impliquées pour non-respect du code de l’aménagement et de l’urbanisme. Durant la période considérée, les unités de la Gendarmerie nationale ont traité 9 724 affaires contraires aux dispositions fiscales, représentant 07% du nombre global de l’activité des unités en matière de lutte contre les infractions liées aux lois spéciales, où 9 176 personnes ont été impliquées, dont 157 écrouées. Par ailleurs, les infractions relatives à la fraude fiscale sont estimées à 2 531 cas et celles liées à la possession aux fins de vente et du transport de produits alcoolisés sont les plus fréquentes dans cette catégorie avec 3 638 infractions, représentant 63% des affaires constatées.

88 cas d’enlèvement en 2017

Avec 2 796 patrouilles effectuées durant l’année 2017, 1046 opérations de contrôles des crèches, 1178 enquêtes judiciaires et 1435 actions de sensibilisation, les patrouilleurs des huit brigades de protection des mineurs ont passé une année 2017 assez mouvementée. Celles relevant de la Gendarmerie nationale ont traité durant l’année 88 cas d’enlèvements à travers le territoire national, selon le bilan de la Gendarmerie nationale.

Parmi les 88 cas d’enlèvements constatés, les victimes ont réussi à prendre la fuite dans 16 cas, en profitant d’un moment d’inattention de leurs ravisseurs, aussi dans 49 autres cas les victimes ont été libérées par leurs ravisseurs, tandis que 23 victimes ont été libérées saines et sauves par les gendarmes enquêteurs.

Egalement, parmi les victimes enlevées figurent 28 mineurs, a signalé la Gendarmerie nationale dans son bilan. Par contre, les principaux mobiles des ravisseurs sont l’abus sexuel, la vengeance et la demande de rançon. Sur ce registre, la Gendarmerie nationale a expliqué que huit cas d’enlèvements ont été suivis d’une demande de rançon. « Toutefois, aucune rançon n’a été payée jusqu’à ce jour », a noté le colonel Laâldji.

40 tonnes de drogue saisies en 2017

En matière de lutte contre le trafic de drogue et de psychotropes, la Gendarmerie nationale a réussi, au cours de l’année2017, à saisir près de 40 tonnes de kif traité, 514 264 comprimés de psychotropes, près de 3,5 kg de cocaïne et enfin 3084 plants de cannabis. Toujours en chiffres, durant la même période les unités de la Gendarmerie nationale ont traité 4 412 affaires liées au trafic de drogue et interpellé 6 650 trafiquants. Aussi, quinze grands réseaux de trafic de drogue ont été démantelés durant la période considérée, tandis que 52 grands narcotrafiquants ont été arrêtés. Sur celui du trafic des psychotropes, la Gendarmerie a indiqué le démantèlement de sept réseaux et l’arrestation de 33 narcotrafiquants.

La substance d’ecstasy est la plus convoitée par les trafiquants, elle représente 46,71% de l’ensemble des quantités de substances psychoactives saisies à travers le territoire national, suivi par Clonazepam (Rivotril, Rivomed) avec un taux de 38,22%. Sur le front maritime, 21 affaires de kif rejeté par la mer ont été traitées par les unités de la Gendarmerie nationale. La quantité récupérée est de 522 kg, soit 1,31% de la quantité globale saisie durant l’année 2017. Par ailleurs, les plus grandes saisies ont été enregistrées à travers les wilayas de Tlemcen (231 kg), Ain-Temouchent (121 kg) et Oran (91 kg).

L’immigration en hausse et 3 000 haraga arrêtés en 2017

Les gendarmes répartis au niveau des frontières ne cessent d’enregistrer l’arrivée en masse d’immigrants clandestins sur le territoire national. Chaque année, leur nombre augmente en flèche. Si en 2016 ils étaient 6 499 immigrants clandestins arrêtés, l’année suivante, soit en 2017, ils sont passés à 9 219, soit une hausse de près de 42%. Selon le bilan annuel présenté hier par le colonel Mounir Laâldji, 3 816 faits incriminés ont été enregistrés durant l’année 2017 contre 2171 en 2016, soit une autre hausse de plus de 75%. En face, les gendarmes ont réussi, au cours de la même période, à démanteler 10 réseaux de passeurs d’immigrants et à arrêter 21 passeurs algériens. Les immigrants clandestins, femmes et hommes, viennent souvent des pays du Sahel (Niger et Mali..). Après l’immigration clandestine, le conférencier a présenté le bilan annuel de l’émigration clandestine, des harraga algériens qui tentent la grande traversée, à haut risque, pour gagner l’autre rive de la Méditerranée.

Sur ce plan, le bilan de la Gendarmerie révèle que 402 affaires ont été traitées en 2017 contre 162 en 2016, soit une hausse de 137 %. Le nombre de harraga arrêtés est passé de 1061 en 2016 à 3004 durant l’année passée, une hausse de 181%, selon le bilan de la Gendarmerie nationale. Enfin, 27 réseaux ont été démantelés et 55 passeurs ont été arrêtés.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter