Nationale

#TITRE

274

La chasse aux réseaux de cannabis du « ramadhan »

5 juin 2017 | 22:11
Sofiane Abi

Les services de police judiciaire (PJ) et ceux de la section de recherche relevant de la Gendarmerie nationale ont fait, depuis le début du mois de Ramadhan, une véritable « razzia » dans les milieux de trafic de drogue.

Des saisies à la pelle suivies d’arrestations de présumés trafiquants, les brigades des stupéfiants de la PJ font la guerre aux berceaux des réseaux de trafic de cannabis.

On est en plein mois sacré, une période propice aux trafiquants de cannabis pour vendre leurs drogues, car la consommation de kif traité y connaît une forte augmentation.

Depuis le début du ramadhan, le cap des 1 000 kg de cannabis saisis a été franchi grâce aux multiples opérations, descentes et perquisitions menées par les policiers enquêteurs de la PJ et les gendarmes de la Section de recherche. Près de 200 présumés trafiquants ont été pris en flagrant délit au cours des dix premiers jours du ramadhan et interpellés.

A Tlemcen, berceau du trafic de drogue, le 4 juin dernier, lors d’un service de police de la route exécuté sur la RN.22 reliant Tlemcen à Aïn Témouchent, dans la circonscription communale de Remchi, les gendarmes de l’escadron territorial de sécurité routière de Tlemcen ont interpellé un individu âgé de 33 ans, qui voyageait à bord d’un taxi, en possession de 100 g de kif traité.

Une enquête a été ouverte suite à cette prise. Dans la wilaya d’Oran, et durant la même journée, agissant sur renseignements, les gendarmes du groupement territorial d’Oran ont interpellé à hauteur du barrage dressé sur la RN.04 reliant Oran à Mascara, dans la circonscription communale d’El-Kerma, un individu âgé de 27 ans, qui était à bord d’un véhicule en possession de dix (10) Kg de kif traité.

Poursuivant les investigations et en vertu d’un mandat de perquisition, les gendarmes enquêteurs ont saisi dans le domicile d’un complice, un individu âgé de 26 ans, deux véhicules, une motocyclette et la somme de 300 millions de centimes et interpellé à l’intérieur de la dite demeure ses deux autres acolytes âgés de 55 et 41 ans.

Selon la Gendarmerie nationale, il s’agit d’une opération de qualité ayant permis de mettre fin aux activités illégales d’un réseau de trafic de cannabis qui alimentait plusieurs quartiers d’El Bahia pendant le ramadhan.

Il vendait du cannabis dans sa maison

La traque des trafiquants de drogue bat son plein en ce mois sacré. C’est le cas à Tlemcen et Naâma où les policiers enquêteurs de la police judiciaire des Sûreté de ces wilayas ont réussi, à travers deux opérations distinctes, à récupérer plus de 44 kg de drogue.

La première affaire remonte au 3 juin passé. Les éléments de la police judiciaire de Tlemcen, alors en mission de routine dans un quartier de la commune de Béni Boussaïd, ont découvert un véhicule suspect abandonné sur le bord de la chaussée.

En s’approchant de la voiture, les policiers ont remarqué la présence de plusieurs colis sur le siège arrière. En fouillant les colis, les policiers ont découvert 24,5 kg de drogue, vraisemblablement destiné à être récupérée par un ou des trafiquants originaires de Béni Boussaïd.

La deuxième opération des policiers s’est déroulée le 3 juin dernier à Naâma, une ville située à l’ouest du pays, pas loin de la frontière avec le Maroc, premier pays producteur et exportateur de résine de cannabis dans le monde. Selon la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), cette affaire a permis aux enquêteurs de la police judiciaire de mettre la main sur un présumé fournisseur de drogue.

Ce dernier a été arrêté suite à une perquisition de son domicile ayant permis de saisir 20 kg de cannabis. La DGSN ajoute que ces opérations de qualité menées au cours des premiers jours du Ramadhan ont permis de resserrer l’étau sur les réseaux de trafic de cannabis qui tentent, ces derniers temps, de faire écouler de grosses quantités de kif dans les villes du pays.

Les quatre frères et les 12 kg de kif

Quatre présumés trafiquants, âgés entre 33 et 37 ans, tous des frères, ont été arrêtés avant-hier par les éléments de la brigade des stupéfiants de la Sûreté d’Aïn Defla, suite à une perquisition dans leur domicile, ce qui a permis la récupération de 12,5 kg de cannabis, selon un communiqué de la DGSN. Ils utilisaient la cave de l’immeuble où ils résident pour cacher des quantités de cannabis.

C’est à partir de là qu’ils vendaient la drogue aux clients, souligne le communiqué de la DGSN. La surveillance des quatre frères a duré, explique-t-on, une semaine durant laquelle les éléments de la Police judiciaire ont découvert l’activité illégale des présumés trafiquants.

Les enquêteurs ont arrêté dans un premier temps l’un des quatre trafiquants, en flagrant délit de possession de 12, 5 kg de drogue. L’interrogatoire du prévenu a permis aux éléments de la PJ d’identifier le reste de ses complices. Il s’agit de ses trois frères, tous appartenant à un réseau de trafic de cannabis. Ces derniers ont été appréhendés au cours de l’enquête, précise le communiqué.

Le réseau oranais qui alimentait le Moyen-Orient en drogue

Les policiers de la brigade des stupéfiants de Tlemcen ont réussi à démanteler un réseau de trafic qui activait dans les quartiers oranais.

Selon la DGSN, les policiers enquêteurs de Tlemcen ont reçu, le 29 mai dernier, des renseignements judicieux faisant état d’une personne suspecte résidant à Tlemcen qui recourait au commerce de drogue.

Arrêté, le présumé trafiquant a avoué son activité tout en déclarant aux enquêteurs qu’une quantité de cannabis se trouvait dans une maison à Oran, là où il écouter régulièrement des quantités de kif traités dans les quartiers d’Oran.

L’extension d’expertise de Tlemcen vers Oran a permis aux enquêteurs de récupérer 140 kg de drogue cachés dans une voiture circulant en pleine banlieue oranaise.

Toujours à Tlemcen, cette fois c’est un réseau international de trafic de drogue qui a été démantelé, le 26 mai passé, par les policiers de la brigade de lutte contre les stupéfiants. La DGSN a indiqué que le réseau en question activait au niveau des frontières par où des quantités de cannabis, qui parviennent du Maroc, transitent vers l’Algérie avant de finir en Espagne et au Moyen-Orient.

Quatre présumés narcotrafiquants âgés entre 22 et 30 ans ont été arrêtés lors de cette opération, ce qui a permis de récupérer plus de 9 quintaux de cannabis. Selon le communiqué de la DGSN, deux autres complices appartienant au même réseau sont toujours en fuite.

Deux jours avant cette prise, les éléments de la Police judiciaire d’Oran et ceux de Tlemcen ont réussi, à travers deux opérations distinctes, à saisir plus de 14 quintaux de drogue. La première opération a permis aux enquêteurs de la PJ d’Oran de découvrir 1 050 kg de drogue cachés dans la fourrière de la commune d’Essenia. Trois présumés trafiquants ont été interpellés lors de cette opération, a affirmé la DGSN.

La seconde opération a été menée par les policiers de Tlemcen qui ont réussi à arrêter deux présumés trafiquants dans le village d’Ouled Moussa, commune de Béni Snous, en possession de 380 kg de drogue. Selon les enquêteurs, ces quantités de cannabis sont destinées fort probablement à la consommation durant le Ramadhan.

Il est clair que durant le mois sacré la consommation de cannabis connaît un pic chez les habitués, ce qui donne lieu à une augmentation vertigineuse du trafic de drogue. La traque des vendeurs de drogue demeure intacte, toutefois les réseaux semblent utiliser d’autres techniques pour tenter de « dérouter « les forces de sécurité.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter