Culture

#TITRE

487

La capuche de l’abondance

24 juillet 2016 | 19:06
R. C

La capuche de l´abondance, une sculpture en bronze à l’effigie du regretté chercheur et écrivain Mouloud Mammeri, réalisée par Abdeslam Olivier Graine, est dévoilée ce samedi 23 juillet, à Ath Yenni, la commune située à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Tizi-Ouzou.

La sculpture monumentale dédiée à la mémoire de l’auteur du roman La colline oubliée et d’autres travaux, enfant du village Taourirt Mimoune dans la commune d’Ath Yenni, est en bronze patiné. Elle mesure 160 cm de haut et en profondeur, et 130 cm de largeur.

Elle est posée sur un socle d’une hauteur de 150 cm en roche brutes et naturelle extraite du giron du Djurdjura, montagne au flanc de laquelle s’agrippe Ath Yenni, à 900 m d’altitude. En l’absence de l’artiste sculpteur, la cérémonie d’inauguration verra la présence des autorités locales, d’élus locaux et nationaux, de représentants de partis politiques, d’artistes, d’universitaires, d’anciens élèves de Mammeri et de nombreux citoyens de la wilaya de Tizi Ouzou.

L’ethno-anthropologue Mouloud Mammeri (1917-1989), le fervent défenseur de l’identité amazighe, auteur de la première grammaire de tamazight, est représenté assis face à sa Colline, « retenant de sa main gauche un feuillet, quand de la main droite, il ramène un pan de son burnous dans le creux duquel il retient ses feuilles que le vent emporte.

Dans son dos, la capuche du burnous volumineuse, d’où le titre de l’œuvre La capuche de l’abondance, selon la description faite à la conception de la statue par son sculpteur Graine, lui aussi originaire d’Ath Yenni.

Selon ce même artiste, « cette statue de style allégorique est en rupture avec la statuaire officielle et les stèle-cimetières, elle mettra poétiquement en valeur le rôle décisif qu´a joué Mouloud Mammeri dans la récupération et le développement d’un pan essentiel de l’identité amazighe de l’Afrique du nord ».

Cette statue est implantée au lieu-dit Vava Hamza, à proximité du cimetière où est enterré le défunt écrivain, sur un site aménagé formant les contours de la carte géographique de l’Algérie, pour rappeler la dimension nationaliste de l’auteur du premier livre de Grammaire amazighe (1976).

Pour la directrice de la Culture, Nabila Goumeziane, représentante du wali de Tizi-Ouzou, il y a « la reconnaissance, à travers cette statue, des autorités de l’Etat à ses enfants qui ont contribué à l’enrichissement de la culture et marqué de leur nom l’Histoire du pays, Mouloud Mammeri étant un révolutionnaire nationaliste qui aimait son pays ».

D’autres intervenants dont le président d’APC d’Ath Yenni, le chercheur en préhistoire, anthropologie et Histoire et ancien élève de Mammeri, Slimane Hachi, le professeur en psychologie, Lahlou Mohamed, le chanteur Lounis Ait Menguellet, ont tous mis en évidence l’apport de Da L’mouloud à la langue amazighe et le « titanesque » travail de recherche scientifique qu’il a effectué pour la promotion de tamazight, en poussant ses recherches au-delà des frontières de l’Algérie, rapporte l’Agence presse service d’Algérie.

L’auteur de La capuche de l´abondance, Graine compte d’autres travaux de sculpture, notamment des bustes de personnalités historiques comme Mouloud Mammeri, Kateb Yacine, Taos Amrouche, Slimane Azem et Matoub Lounes.

Il se présente lui-même comme « un artiste « contemporain » qui dans mes œuvres m’interroge sur l’art, et tiens dans ma pratique artistique à rester inscris dans la continuité des techniques académiques, davantage par amour de la puissance plastique des œuvres classiques que par rejet des tendances actuelles ; ou pire encore, par ignorance des bouleversements qui ont eu lieu depuis plus d’un siècle ». 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter