Nationale

#TITRE

656

L’interdiction de fumer dans les lieux publics codifiée

11 juin 2018 | 02:42
Lynda Louifi

La nouvelle loi sur la santé prévoit plusieurs mesures visant à intensifier la prévention et la lutte contre le tabagisme dans le but de protéger et de préserver la santé de la population.

L’interdiction de fumer dans les lieux publics a été introduite dans cette nouvelle loi, qui prévoit des dispositions pénales à l’encontre des contrevenants.

Le président du comité de prévention et de sensibilisation aux dangers du tabagisme, le Pr Noureddine Zidouni perçoit cette loi comme une avancée notable en matière de protection des citoyens contre l’« intoxication tabagique ». S’exprimant, hier, sur les ondes de la chaine III de la radio algérienne, le Pr Zidouni a jugé important de protéger la santé des non-fumeurs soumis eux aussi à un tabagisme passif qui est « aussi dangereux ». Toutefois, se pose avec acuité la question relative à l’application de cet arsenal juridique. Car, faut-il le rappeler, des lois de lutte contre le tabagisme existent déjà sans qu’elles ne connaissent d’application. Mais avant tout, relève ce praticien, l’effort devrait d’abord tendre à responsabiliser les autorités au niveau régional, afin qu’elles facilitent l’installation d’un comité de prévention au sein de chaque wilaya, appuyé de brigades mixtes chargées de faire appliquer cette loi dans tous les espaces publics. En même temps que d’interdire la consommation de cigarettes dans ces lieux, l’intervenant selon, les fumeurs devraient pouvoir y disposer d’un espace pour satisfaire leur envie, une mesure qui, note-t-il, reste à être codifiée à travers un décret d’application. Pointant du doigt la SNTA, gérant des « milliers d’hectares » de cultures du tabac lui permettant d’engranger « plusieurs milliards de DA », ainsi que la présence en Algérie de sociétés mixtes productrices de cigarettes, il a attiré, d’autre part, l’attention sur les dangers que représente pour le pays la présence d’une contrebande activant au service des multinationales du tabac. Tout en maintenant et en développant les activités de sensibilisation sur les effets néfastes du tabagisme « enjeu majeur de santé publique », l’intervenant appelle les autorités à combattre avec force « cette épidémie sans cesse croissante ». Il faut dire que le tabagisme est un véritable problème de santé publique en Algérie.

Le tabac en général est la cause essentielle de la recrudescence des maladies chroniques non transmissibles, surtout les maladies cardiovasculaires et le cancer. En Algérie on enregistre chaque année 15 000 décès pour cause du tabac enregistrés chaque année, soit 40 à 45 décès quotidiennement. Quatre-vingt-quinze pour cent (95%) des cancers du poumon sont dus à la consommation du tabac. Les chiffres de 2015 donnent une moyenne annuelle de 8 000 cas de cancer du poumon. C’est-à-dire une incidence de 20 cas pour 100 000 habitants. Des chiffres qui donnent froid au dos et qui nécessitent une application urgente de cette nouvelle loi interdisant le tabac dans lieux publics.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter