Nationale

#TITRE

269

L’avant-première du film Benbadis projetée à Constantine

24 mai 2017 | 20:46
Amine B.

L’immense salle Ahmed Bey s’est avérée exiguë hier lors de la projection de l’avant-première du film Benbadis. De jeunes admirateurs du père du réformisme et de nombreuses familles constantinoise et même d’autres venues des wilayas limitrophes ont en effet assisté à la projection du long métrage réalisé en un temps record par le Syrien Bassil Al-Khatib.

Les autorités, à leur tête le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi, ont en effet accordé un intérêt particulier à l’œuvre qui devrait enrichir le patrimoine immatériel national aussi bien dans son volet culturel qu’historique.

Bien que le film, a tenu à préciser Mihoubi avant le début de la projection, tient beaucoup plus du drame que du documentaire historique.

Il était aisé de s’en rendre compte puisque un intérêt particulier sera accordé à l’entourage familier de Abdelhamid Benbadis.
Sur un texte du scénariste Rabah Drif, la réalisation du film s’est appuyée sur quelques événements phares de l’époque coloniale comprise entre la naissance du cheikh en 1989 et sa mort le 16 avril 1940. Des événements majeurs ayant marqué la vie du savant constitueront aussi des appuis.

Traitant des aspects de la vie du penseur et réformiste algérien, natif de Constantine, , l’œuvre commence par la fête familiale annonçant la naissance de Abdelhamid Benbadis au sein d’une famille de notables constantinois.

D’autres événements marquants de la vie du président de l’Association des oulémas musulmans algériens, dont ses voyages à l’étranger, seront abordés, mais surtout son combat contre le système colonial et pour la défense de la personnalité algérienne.

L’accent sera mis à la fin du film sur le fait qu’il fut un précurseur de la prise de conscience et des soulèvements populaires à l’origine des manifestations du 8 mai 1945 et du déclenchement de la révolution, le 1er novembre 1954.

« Je suis très impressionnée par le charisme du cheikh plutôt bien interprété par l’acteur », nous dit une spectatrice au sortir de la salle… « C’est un film moyen dans son contenu ; franchement, je m’attendais à mieux. La mise en scène est quant à elle parfaite « , dira un sexagénaire qui semblait bien au fait de l’œuvre de l’homme.

Les critiques ne manqueront toutefois pas de fuser à la fin de la projection. Un point ayant suscité des interrogations s’est le fait que l’acteur principal est forcé à une certaine réserve. Impassible à la limite de l’introversion, le personnage s’est montré peu sensible à certains faits marquants.

Tel que la mort, très jeune, de l’unique fils du cheikh, ou encore le départ de sa femme, lasse de vivre avec l’homme qui passait son temps à enseigner le coran et les préceptes de l’islam à ses disciples, négligeant aux yeux de sa compagne sa famille.

Un aspect auquel a tenté de donner des explications le concepteur de la musique. Salim Dada ne précisera pas que sur certains faits marquants, la charge de rendre émotives certaines scènes lui a été réservée.

Pour le réalisateur, 30 ans après un travail effectué à Constantine, il n’a pas caché le poids de la lourde charge dont il a été investi pour réaliser le film sur le grand homme qu’était Benbadis. Rappelons que le premier tour de manivelle du film a été donné en mars 2016. Sa réalisation entre dans le cadre de la manifestation « Constantine, capitale de la culture arabe 2015 « .

Notons enfin qu’hormis la présence du réalisateur, du scénariste et de quelques acteurs (Youcef Sehairi, l’interprète du cheikh ayant brillé par son absence), le ministre de la Culture, les walis de Constantine et Mila, des acteurs et nombre de professionnels du cinéma algérien ont assisté à l’avant-première du film à Constantine.

Deux autres séances de projection sont prévues. La première aujourd’hui à l’opéra d’Alger « Boualem-Bessaih » et la deuxième demain à la salle Es-Saâda d’Oran, selon l’Office national de la Culture et de l’information (ONCI).

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter