Culture

#TITRE

605

L’association El-Hachami Guerrouabi fait revivre la flamme du maitre

7 septembre 2018 | 20:16
Kamel Cheriti

La saison estivale tire à sa fin.. C’est en été que le monument du chaâbi El-Hadj El-Hachemi Guerrouabi a été rappelé à Dieu et le devoir de mémoire nous rappelle de l’évoquer et d’apprécier à nouveau son œuvre.

C’était le 17 juillet 2006. Le maître du chaâbi El-Hadj El-Hachemi Guerrouabi était hospitalisé à l’hopital de Zéralda. Une foule très nombreuse venait aux nouvelles. La direction de l’hopital a fait savoir que le maître du chaâbi allait bien. Les médias, satisfaits de cette nouvelle, quittèrent l’hôpital pour donner l’information avant le bouclage. Mais le regretté El-Hachemi Guerrouabi décédé au cours de la nuit alors que nombre de journaux, parus le lendemain, le disaient encore en vie.

Il fallait faire son deuil et se soumettre à la puissance divine qui l’avait rappelé à ses côtés. El-Hadj El-Hachemi Guerrouabi restera toujours pour la culture algérienne ce monument qui a su, grâce à son talent, sauvegarder son patrimoine, en le mettant à jour et en l’enrichissant. Sa création musicale El Warka, à titre d’exemple, est un chef-d’œuvre. On ne se lassera jamais de l’écouter pour ses paroles sages et la douce harmonie de sa musique. Reprise par les musiciens de l’Orchestre symphonique national et sa chorale, El Warka est devenu le titre phare de cet orchestre et fait sensation dans ses tournées à travers le territoire, mais aussi dans les festivals internationaux et les concerts à l’étranger. Avec Lounis Aït Menguellet, El-Hadj El-Hachemi Guerrouabi sont les seuls artistes algériens qui remplissent les salles. Ainsi, pour son dernier concert au théâtre de Verdure du boulevard Frantz-Fanon, à Alger, d’une capacité de 5 000 places, son récital a fait le plein. Les anciens se souviennent que ce maître du chaâbi était le chanteur bien aimé des veillées artistiques du mois de ramadhan à Alger.

Trois nuits lui étaient réservées régulièrement chaque Ramadhan et il fallait résever sa place bien à l’avance pour accéder au concert.

Pour l’association culturelle El-Hachemi Guerrouabi, le maître du chaâbi est toujours vivant. Présidée par l’épouse du défunt, la vaillante Chahira Guerrouabi, cette association s’est donné pour mission de faire revivre le maître du chaâbi. Parmi les membres fondateurs, on touve Abdelkader Chaou, Mehdi Tamache, Saïd Hilmi et Bahia Rachedi. L’association, sous l’égide du ministère de la Culture, a été fondée le 27 décembre 2010 au cours d’un gala mémorable organisé à la mémoire du maître. Elle active régulièrement à honorer l’artiste, son art, son œuvre en sa qualité d’interprète, d’auteur et de compositeur, mais aussi, à élargir l’école du chaâbi qu’il a patiemment et talentueusement fondée. Elle se donne pour objectif, entres autres, de sauvegarder le patrimoine de la chanson chaâbie, de rassembler et d’archiver les chansons du maître ainsi que d’encadrer les jeunes qui se lancent dans cette carrière.

Depuis 2010, un grand nombre d’évènements ont été organisés par l’association culturelle El-Hachemi Gerrouabi. Leur nombre s’élève à une vingtaine, coïncidant avec les fêtes nationales et les commémorations. Un évènement chargé d’émotion a été celui marquant le dixième anniversaire de son décès, le 17 juillet 2016, Une semaine culturelle a alors été organisée pour se souvenir de lui au palais de la Culture. Il y a été annoncé le projet de la création d’un orchestre national du chaâbi El-Hachemi Guerrouabi.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter