Articles similaires

Nationale

#TITRE

703

La législation un frein devant le "business système"

Rendre l’investissement plus attrayant dans les hydrocarbures un leitmotiv du NAPEC

10 mars 2019 | 17:11
NAPEC K.M


Comment élever les investissements dans le secteur des hydrocarbures au niveau souhaités à la fois par l’Algérie notamment Sonatrach et les partenaires internationaux en tenant compte des intérêts de chacun. Ce sont autant de lancinantes questions que devaient examiner les participants et panelistes lors du 9e Edition du Salon international sur l’industrie pétrolière et gazière en Afrique du Nord (NAPEC 2019 qui s’est ouvert ce dimanche au Centre des Conventions à Oran.
Entamés dans la matinée en l’absence du ministère de l’énergie Mustapha Guitouni qui n’a rejoint Oran que dans l’après-midi en raison d’un contretemps d’agenda, les débats ont été axés sur les stratégies à adopter en vue de mettre en place un environnement attractif pour les investisseurs internationaux. C’est ainsi que Arezki Hocini, président du comité de direction de la société Alnaft mettre en exergue les efforts consentis par son entreprise pour accompagner les investisseurs et surtout augmenter le nombre des opérateurs miniers et pétroliers. « Il s’agit pour Alnaft d’améliorer les conditions qui évacuent les contraintes qui se dressent en face des opérateurs et d’être en même temps à l’écoute de leurs préoccupations », a indiqué M. Hocini, précisant que les stratégies doivent se reposer sur fondements viables qui améliorent la rentabilité des périmètres miniers ciblés qui maitrisent ce qui est baptisé « time to market » à savoir le temps imparti pour la commercialisation de la production.
Abondant dans ce sens, le vice-président pour l’Afrique du Nord de BHGE, Smail Bouderba, a estimé que le grand mal dont souffre le secteur des hydrocarbures est l’absence d’un environnement business favorisant l’investissement. « Il ne s’agit seulement de de se pencher sur la fiscalité ou la loi 51/49 mais des systèmes flexibles de management qui ne contrarient pas la concrétisation des projets dans le secteur des hydrocarbures », a souligné le responsable de cette société de services dans le secteur des hydrocarbures, déplorant que « tout ce qui se fait en Algérie prend trop de temps ». Le Vice-Président du groupe pétrolier norvégien Equinor (ex-Statoil) considère que c’est plutôt à l’Algérie de se mettre au diapason des exigences du marché mondial en assurant une fiscalité stable, une législation attractive et une logistique performante.
Le vice-président de la compagnie NESR, Chokri Benamor a soulevé quant à lui, les rapports entre le groupe pétrolier Sonatrach et les sociétés de service dans le domaine des hydrocarbures. « Sonatrach perçoit les compagnies de service comme des sous-traitants et non pas comme des sociétés capables de participer à ses rendements et son développement ». Dès lors, le modérateur et expert énergétique Ahmed Mecheraoui estimera que l’Algérie devrait revoir sa copie de la loi sur les hydrocarbures notamment la règle 51/19. Le thème constituera un point nodal pour les futurs enjeux du secteur énergétique à l’horizon 2030 sur le plan national et international lors des travaux des ateliers du NAPEC qui sera clôturé mercredi. Le NAPEC est l(un des plus importants rendez-vous énergetique dans le monde de l’avis des experts.
D’autres thèmes concernant les défis majeurs du secteur, dont le renouvellement des réserves de l’Algérie en hydrocarbures, seront également abordés lors de cette manifestation, qui verra la participation de la compagnie pétrolière nationale Sonatrach et d’autres groupes internationaux. Regroupant plus de 570 participants représentant 40 pays, le NAPEC 2019 devrait offrir aux acteurs énergétiques, les informations essentielles sur les avancées de l’industrie pétrolière et gazière, notamment en Afrique du nord. Plus de 28.000 visiteurs sont attendus au salon d’exposition, dont les stands proposeront des outils, des solutions technologiques et autres produits liés à l’industrie pétrolière et gazière.
Suite à l’inauguration officielle du NAPTEC dans l’après-midi, le ministre de l’énergie, Mustapha Guitouni a fait savoir que pas moins de 101 milliards USD ont été alloués, durant les dix dernières années à l’exploitation des ressources en hydrocarbures.
"L’activité exploration-production, dont nous comptons aller beaucoup loin, a consommé, à elle seule, 76% du montant global de ces investissements, soit 76,8 milliards USD", a-t-il dit , relevant que les investissements dans les hydrocarbures en Algérie, ont atteint pour l’année 2018, les 9,9 milliards USD.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter