Articles similaires

Opinions

#TITRE

598

L’OPEP+ : un casse-tête pour les Américains ?

25 septembre 2018 | 20:40
Aziri Mohamed Nazim Aziri


« Nous répondrons de manière appropriée et au moment approprié, autant que cela sera nécessaire". C’est en substance une déclaration du ministre saoudien, Khaled al-Falih qui préside le Comité ministériel conjoint de suivi de l’accord OPEP-non OPEP ( JMMC). Cette déclaration, faite depuis Alger donne la réplique aux injonctions du président américain Donald Trump. Elle replace désormais, le cartel sur une case solide dans l’échiquier de la décision énergétique après plusieurs mois d’amollissement. Certes, nous sommes encore loin de l’esprit « front du refus » qui faisait la gloire de l’OPEP pendant les années 70, mais les choses semblent s’orienter vers la bonne voie d’autant que les saoudiens tout comme les autres pays du Moyen-Orient disposant de l’aide Américaine, semblent avoir saisi l’importance de ne pas reposer sur une seule béquille quand on a les deux jambes fragiles. De ce fait, un affaiblissement de l’OPEP risque d’être lourd de conséquences dans une conjoncture marquée par des bouleversements géopolitiques et un manque de visibilité sur les véritables intentions de la politique extérieure du locataire de la maison blanche. Le 20 septembre, ce dernier avait appelé dans un message, qui s’apparente à une menace, l’OPEP à faire baisser les cours du pétrole : « Nous protégeons les pays du Moyen-Orient, ils ne seraient pas en sécurité très longtemps sans nous, et pourtant ils continuent de faire monter les prix ! On s’en souviendra. Le cartel de l’OPEP doit faire baisser les prix maintenant ! » Une nouvelle déclaration qui rompt avec le traditionnel discours américain à l’égard des pays du Golf, un discours d’habitude plus subtil et moins menaçant, du moins ouvertement et sur la place publique. Ne faut-il pas alors se demander, si la menace du Président américain ne révèle pas une faiblesse implicite de la position de Washington visiblement de moins en moins wilsonienne dans le contrôle de son pré carré moyen-oriental, et donc de plus en plus enclin à subir l’influence des autres acteurs stratégiques à savoir la Russie et l’Iran ? En tout cas l’alignement, pour ne pas dire la nouvelle alliance énergétique Russo-saoudienne inquiète les Américains d’autant qu’il permet un rapprochement paradoxal entre les intérêts de l’Arabie Saoudite et ceux de l’Iran dont le ministre du Pétrole avait espéré que les membres de l’OPEP ne céderaient pas aux "menaces" de Donald Trump, et qu’ils n’obéiraient "pas à ses ordres ».


Quelle sera alors la réponse de Trump face à ce nouveau défi ? Infligé des sanctions économiques aux pays de l’OPEP ? L’option n’est pas à écarter même si elle semble plus hasardeuse que le retrait des accords avec l’Iran. Il faut savoir que Le Congrès américain s’est déjà penché par le passé sur un projet de loi visant les cartels pétroliers, appelé No Oil Producing and Exporting Cartels Act. Bien que jamais promulguée, ce texte reste d’actualité surtout face à la menace de rupture du couple américano-saoudien au profit de l’axe Moscou-Pekin et dont les conséquences seront fatales pour Washington. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter