Nationale

#TITRE

273

L’OPEP face au travail de sape américain

9 juillet 2017 | 20:46
M. D.

La 22e édition du Congrès Mondial du pétrole a débuté dimanche à Istanbul avec la participation du ministre de l’Energie, M. Mustapha Guitouni, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Le ministre, qui conduit une délégation composée de hauts cadres du ministère de l’Energie et de Sonatrach, prendra part, lors de cette manifestation, qui se tient du 9 au 13 juillet, à la session présidentielle et présidera la session dédiée à l’Algérie prévue pour le 12 juillet, ajoute le communiqué.

M. Guitouni aura également, en marge de ce congrès, des rencontres avec des ministres, décideurs et acteurs clés de l’industrie pétrolière, poursuit la même source.

Durant ce Congrès mondial du pétrole, les débats vont porter essentiellement sur l’impact pour le secteur de l’accord international sur le climat, les efforts de compétitivité dans un contexte de prix bas du brut ainsi que les relations entre les pays Opep et hors-Opep. Ce sommet intervient alors que les prix du baril n’arrivent pas à remonter en dépit des efforts conjugués de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et des partenaires Non-Opep.

Les Etats-Unis ont sapé les efforts de l’organisation en profitant des baisses de production annoncées par le cartel et ses alliés pour inonder le marché de leur gaz et pétrole de schiste. Si la précédente réunion, tenue en 2014, avait eu lieu dans un contexte de cours du brut avoisinant 100 dollars le baril, avant que les prix ne chutent brutalement plombés par une offre surabondante, alimentée notamment par la mise sur le marché des hydrocarbures de schiste US.

Depuis, les Etats-Unis semblent vouloir profiter des baisses de production annoncées par le cartel et ses alliés pour inonder le secteur. Désormais, les compagnies pétrolières et la plupart des pays producteurs très dépendants de la manne pétrolière et gazière sont sous pression, les prix du brut stagnant sous les 50 dollars le baril.

Rappelons que depuis janvier, les membres du cartel ainsi que nombre de ses partenaires – et en premier lieu la Russie – s’imposent des plafonds de production avec pour objectif officiel de réduire la surabondance d’offre au niveau mondial, l’enjeu final étant de permettre de relancer les cours.

Bien que l’accord scellé entre le cartel et ses partenaires ait été renouvelé en mai et court désormais jusqu’en mars 2018, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) estime que les Etats-Unis vont produire toujours plus d’ici là. Plus encore, selon l’Agence, le taux de croissance de la production US devrait être supérieur au taux de croissance de la consommation, essentiellement tirée par les pays émergents, tels que Chine et Inde.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter