Articles similaires

Nationale

#TITRE

564

L’Algérie championne du « Bien-être » au Maghreb

15 septembre 2018 | 20:58
Algérie Aziza Mehdid


Le dernier rapport du PNUD (Programme des Nations unies pour le développement) classe l’Algérie dans la catégorie des pays au développement humain « élevé », faisant ainsi de notre pays le champion du Maghreb en la matière.


C’est en se fiant à l’indice de développement humain (IDH) estimé à 0,754, que l’Algérie s’est positionnée en 2017 à la 85e place de ce classement des pays où « on vit mieux qu’ailleurs ». D’après le même rapport, en 2017, la valeur de l’IDH a été légèrement en hausse comparé au 0,752 obtenu en 2016 mais qui avait, alors, placé l’Algérie au 83e rang de ce palmarès. Un palmarès qui évalue les efforts de 189 pays et territoires en termes de développement humain. Cela d’autant que l’IDH a une limite supérieure de 1,0. Plus il est élevé, plus la population du pays jouit d’un bien-être important. A l’échelle africaine, l’Algérie a amélioré sensiblement son classement et pointe ainsi à la deuxième place, juste après les Seychelles, après avoir figuré à la cinquième position dans l’édition précédente du classement. Au niveau maghrébin, l’Algérie demeure championne en développement humain, devançant de loin la Tunisie (95e place), la Libye (108e), le Maroc (129e) et la Mauritanie (159e).


Une espérance de vie en hausse
L’IDH de l’Algérie en 2017 demeure supérieur à la moyenne de 0,699 obtenue par les pays arabes, selon la note explicative qui lui a été consacrée. L’IDH est un indice composite qui se fonde sur trois autres indices fondamentaux permettant d’évaluer le taux du développement humain. Il s’agit de l’espérance de vie à la naissance qui exprime la capacité à vivre longtemps et en bonne santé, la durée moyenne de scolarisation qui reflète la capacité à acquérir des connaissances ainsi que le revenu interne brut par habitant (PIB) renseignant sur la capacité à avoir un niveau de vie décent. Le rapport sur le développement humain s’intéresse également à quatre autres indices.


Il est question de mettre en exergue l’IDH ajusté aux inégalités, l’indice de développement de genre, l’indice d’inégalité de genre qui se focalise sur l’autonomisation des femmes, et l’indice de pauvreté multidimensionnelle mesurant les aspects de la pauvreté autres que le revenu. Entre 1990 et 2017, l’IDH de l’Algérie est passée de 0,577 à 0,754, soit une augmentation de 30,6%, précise la même note. L’indice a maintenu une courbe ascendante progressant de 0,644 en 2000 à 0,749 en 2015 puis à 0,754 en 2017. L’espérance de vie à la naissance en Algérie a enregistré une légère progression de 76,1 ans en 2016 à 76,3 ans en 2017, mais avec une légère différence de 77,6 ans pour les femmes et 75,1 ans pour les hommes. Suivant la même tendance, la durée attendue de la scolarisation est passée de 14,3 ans à 14,4 ans, alors que la durée moyenne est restée la même pour ces deux années à 8 ans. La scolarisation est un peu plus élevée chez les femmes que chez les hommes, s’affichant l’année dernière à 14,6 ans contre 14,1 ans.


Le PNUD, s’il insiste sur l’écart entre les deux sexes qui, selon ses chiffres, a tendance à s’élargir, concernant l’indice PIB par habitant où les hommes, lit-on dans le rapport, cumulent 23 181 dollars contre seulement 4 232 pour les femmes, il demeure que l’organisme onusien semble ignorer certaines conventions qui régissent la société algérienne. Bien que le revenu de l’homme est, de loin, supérieur à celui de la femme, le citoyen de sexe masculin est souvent tenu d’assurer les dépenses domestiques et l’entretien de la famille. De ce fait, la femme se retrouve détenir une bonne partie du budget de la famille, car étant perçue comme « meilleure dépensière », et « plus économe » que l’homme.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter