Nationale

#TITRE

252

Kaouane : La presse algérienne est née dans les maquis

10 décembre 2017 | 21:43
Aziza Mehdid

Le ministre de la Communication Djamel Kaouane a indiqué, hier au forum d’Echaab, que le journalisme actuel en Algérie tire son origine du journalisme militant exercé lors de la guerre de libération, dont l’objectif était de transmettre la voix du peuple à l’étranger et d’internationaliser la cause algérienne.

Kaouane et lors de la célébration du 55e anniversaire de la création du journal arabophone public Echaab, qui coïncide avec le 11 décembre, n’a pas manqué de souligner l’importance incontestable de cette date. Du fait qu’elle a connu deux événements aussi importants du point de vue historique et journalistique.

Outre la parution de ce journal, il s’agit aussi des manifestations du 11 décembre 1960 qui se sont déclenchées un peu partout en Algérie afin de réclamer l’indépendance.

 Le ministre de la Communication a relaté, dans son allocution prononcée à cette occasion, les différentes situations vécues par la presse algérienne depuis la parution du premier journal, à savoir « El-Mouqawama » le 22 octobre 1955, qui a donné naissance par la suite au deux quotidiens El Moudjahid et Echaab.

Dans le même contexte, l’invité du forum d’Echaab a rappelé le rôle de la presse militante pendant la révolution algérienne qui visait à éveiller les esprits et à mobiliser tout le peuple autour de ce combat. Il était question également de le convaincre que la liberté s’arrache et ne s’offre pas, a-t-il ajouté. 

Par ailleurs, Kaouane a rappelé l’apport de plusieurs personnalités journalistiques, qui avaient marqué ce métier par leurs compétences et leur dévouement avéré.

Pour sa part, la directrice générale du journal Echaab, Amina Debache, a indiqué que malgré la crise financière l’équipe veillant à la réalisation de ce média œuvre à donner de son mieux pour, non seulement continuer d’exister, mais pourquoi pas d’exceller sur le paysage médiatique national.

Elle a ajouté dans la foulée que pour atteindre le professionnalisme il n y a pas uniquement le facteur financier, c’est plutôt une question d’exercer son métier avec dévouement et sérieux dans le but d’assurer au citoyen son droit à l’information.

La directrice a tenu à préciser que ce média, en plus d’être un canal de transmission de l’information, est une entreprise économique qui est censée multiplier ses sources de financement en s’adaptant aux technologies de l’information.

Elle a ajouté que le journal Echaab possède actuellement un site électronique et une page facebook qui contribuent beaucoup à la promotion du journal. Par ailleurs, elle a exprimé son souhait quant à la relance du fond d’aide à la presse écrite qui permettra aux publications de prendre une bouffée d oxygène et d’améliorer les conditions de travail des journalistes.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter