Culture

#TITRE

360

Kamel Drici raconte Taos Amrouche : Un héritage poétique éternel

15 décembre 2017 | 19:33
Kamel Cheriti

Kamel Drici est un admirateur inconditionnel de Taos Amrouche. Il connaît par cœur les textes de la poésie éternelle de cette amoureuse de la culture de notre patrimoine. Il vient d’animer une remarquable rencontre littéraire au siège de la fondation Ahmed et Rabah Asselah, que dirige le professeur Hocine Asselah.

Taos Amrouche est décédée en 1976. Elle était âgée de 63 ans, née en 1913. Taos vivait en France mais elle était foncièrement et émotionnellement attachée à ses racines

Elle vouait ainsi un culte immortel à la terre et à la civilisation de ses ancêtres. Elle puisait dans toutes les sources qui pouvaient dynamiser son inspitation.

La première de ces sources, Taos l’obtenait auprès de sa mère Fatma. Celle-ci avait une mémoire prodigieuse et constituait une véritable encyclopédie du passé millénaire de la civilisation du terroir. Taos s’abreuvait sans modération de son savoir oral transmis de génération en génération.

Elle en fasait, par son génie créatif, des textes poétiques sublimes. Bien mieux encore, Taos les habillait d’une musique personnalisée qu’elle chantait avec sa voix d’or.

Pour que son chant procure le sommet de l’émotion, elle ne voulait être accompagnée par aucun instrument de musique. La force de son texte et les envolées lyriques intenses de sa musique suffisaient pour capter, envoûter et fasciner son public.

‘’ Dans ses récitals en France, Taos Amrouche faisait salle comble et il était difficile de trouver une place », rapporte Kamel Drici, regrettant que la diva était absente, à l’époque, de la scène culturelle et artistique algérienne. Je ferai tout pour faire revivre l’œuvre éternelle de Taos Amrouche’’, insiste-t-il.

Nul autre que Kamel Drici ne peut en parler aussi passionément et aussi savamment. Il connaît les œuvres au complet de Taos Amrouche, aussi bien ses publications autobiographiques que l’ensemble de ses recueils de poésie. Bien mieux encore, il déclame les textes et les chante, dans le même style émouvant que Taos Amrouche.

Dans sa conférence, il ponctue d’ailleurs ses paroles avec des chants qu’il veut sans accompagnement d’instrument comme le faisait si bien Taos Amrouche. La passion de Kamel Drici pour cette poétese est tellement immense qu’il dit avoir été le seul à célébrer le centenaire de la naissance de Taos Amrouche en 2013.

Il est cadre dans un Institut public de formation profesionnelle à Annaba et accourt là où il est quesion de Taos Amrouche. ll reviendra sûrement au sein de cette fondation Ahmed et Rabah Asselah pour une autre rencontre, prévue par le professeur Hocine Asselah avec pour thème toute la célèbre famille Amrouche : Jean, Fatma et bien sûr Taos.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter