Nationale

#TITRE

609

Journée d’étude sur le patrimoine et le tissu urbain

14 mai 2016 | 19:22
Kamel Cheriti

Le patrimoine historique architectural ne peut survivre que s’il est revalorisé par un environnement qui le met en relief et se prête à sa protection.

C’est le thème de la journée d’étude organisée cette fin de semaine au Musée national de l’enluminure, de la miniature et de la calligraphie, et cela dans le cadre des activités du mois du patrimoine devant se clôturer ce 18 mai.

« Il est indispensable, voire impératif que les abords d’un site du patrimoine soient en harmonie avec le tissu urbain qui l’entoure » souligne Mustapha Belkahla, directeur du Musée de l’enluminure, de la miniature et de la calligraphie.

Il parle à juste titre puisque « son » musée, un superbe palais représentatif du pur style de notre patrimoine historique architectural, se trouve dans les espaces de la cité millénaire de La Casbah, symbole vivant de notre patrimoine culturel. Il n’en est pas de même pour les sites, témoins impérissables de notre patrimoine, qui ne sont plus intégrés dans un nouveau tissu urbain de nos villes, en proie à un développement rapide et à un accroissement souvent démesuré.

L’Institut d’architecture et d’urbanisme de l’université de Blida a été invité, avec ses étudiants en master et ses enseignants, à animer cette journée d’étude. Les étudiants ont réalisé une magnifique contribution à cette rencontre en exposant les résultats de leurs recherches, cela sous la direction d’un de leurs professeurs, Dr Samia Adjali.

Ils sont allés sur le terrain et, par des illustrations et des textes, ils ont démontré que le patrimoine existant dans les villes étudiées est une richesse en péril, un patrimoine absorbé par un tissu urbain envahissant. Il est utile de citer ces villes et le travail remarquable effectué par ces étudiants, un travail de recherche et digne de véritables professionnels dans le domaine du patrimoine.

Ainsi, Ryma Benmeddah a exposé ses travaux d’investigations concernant la ville de Sidi Ghilès, anciennement Novi, distante de dix kilomètres de Cherchell. Elle a mis en valeur les importants vestiges de la colonisation française qui appartiennent aujourd’hui à notre patrimoine historique.

Abdelatif Boudoua et Rihab Chifaoui ont étudié la ville de Nedroma. Ils ont fait état de la première mosquée construite dans cette ville, édifiée par les mêmes bâtisseurs qui ont construit Djemaa El-Kebir à Alger.

Il faudrait citer les travaux dignes d’intérêt dans la revalorisation de notre patrimoine effectués dans la ville de Kenadsa, sud-ouest de l’Algérie, par Mouna Boudjemia, dans la ville de Mila, Constantinois, par Takieddine Bouhnache et dans la ville de Nedroma par les étudiants Abdellatif Boudoua et Rihab Chifaoui.

La journée d’étude a été animée par des conférences données par le Dr Samia Adjali avec pour thème « Les enjeux du patrimoine au travers des instruments d’urbanisme », par l’architecte enseignante Amel Touil, avec pour thème « Les abords des biens culturels immobiliers », par l’archéologue enseignant Zineddine Bach sur « La conservation et la valorisation des fouilles archéologiques de Lambèse », aujourd’hui Tazoult, et l’architecte enseignant Manel Tiar avec pour thème « La ville de Blida vue dans la pérennité d’une médina face au renouveau ». 

Cette journée d’étude, qui contribuera par ses synthèses à une meilleure approche de notre patrimoine historique dans un site urbain en continuel développement, a été complétée par une visite guidée de La Casbah et par l’exposition de tableaux d’architectes artistes mettant en harmonie les sites du patrimoine avec l’environnement urbain.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter