Articles similaires

Nationale

#TITRE

590

Intempéries à El Tarf et Annaba : Au moins 8 morts et la psychose s’installe

27 janvier 2019 | 20:06
Annaba intempéries Nabil Chaoui

Au moins 8 morts, des dizaines de disparus, et tout un cheptel composé de vaches laitières, de moutons et de volailles sont à enregistrer au dernier sinistre qui a touché les wilayas d’El Tarf et Annaba. C’est une véritable catastrophe qui a frappé la wilaya d’El Tarf ces cinq derniers jours. Du jamais vu ; des centaines d’habitants ont fui cette wilaya vers Annaba, wilaya limitrophe, pour échapper aux crues pluviales, amplifiées par des lâchers de barrages, purgés à temps par défaut d’explosion. Ce sont surtout les manœuvres des purges des trois barrages que comptent la wilaya d’El-Tarf, ceux de Cheffia, Bougous et de Mexa, qui avaient occasionné des dégâts catastrophiques tant humains que matériels, ainsi la perte de plusieurs animaux domestiques.Ce samedi, les lâchers d’eau de ces barrages et les pluies battantes ont atteint la commune d’El Chat, à moins de quinze kilomètres et à deux kilomètres de l’aéroport Rabah-Bitat d’Annaba.

Pour le moment, les intempéries persistent, et la population d’El-Tarf, surtout celle éparpillée dans différents villages, ne cache pas son angoisse devant les prévisions météo annonçant encore des intempéries. Deux agriculteurs, dans la localité de Besbes, ont été emportés avec leur voiture par les crues de l’oued Cheffia, un malade mental et un enfant de six ans ont également été emportés et repêchés à hauteur de l’oued Pont Boucher, commune d’El-Hadjar. Une maison datant de l’époque coloniale, à Ain El khiar, s’est effondrée, causant trois morts. Les éléments de L’ANP, secondés par la Protection civile, ont secouru plus de 350 familles pour les installer dans plusieurs centres de secours.

A Annaba, quatrième ville du pays, la situation n’est pas plus reluisante. Routes embourbées et impraticables dans la plupart des cas dans les quartiers populaires à l’exemple des cités Auzas, Bouzered Hocine, la plaine ouest, les quartiers de la Colonne, la cité oued Eddeheb 2 et El- Hadjar. Tel est le constat à chaque chute de pluie sur Annaba, où les travaux de bitumage et d’entretien des routes tardent à prendre fin. Cette fois le piéton n’est plus éclaboussé par le passage des véhicules qui n’ont pas d’autres possibilités que de traverser les nids de poule remplies d’eaux pluviales stagnantes, soit salies par la gadoue et autres insalubrités. Cette fois-ci, le citoyen peut se noyer. Le mauvais temps est là à chaque fois pour mettre à nu la mauvaise qualité des travaux engagés à travers les rues et routes d’Annaba. Il est le meilleur indicateur de la qualité de l’ouvrage et cerne avec précision les défauts, portant préjudice au cadre de vie. A la moindre chute de pluie, les ruelles de cette ville sont vite inondées.

C’est un décor désolant auquel s’habituent malheureusement de nombreux habitants de celle qu’on appelait il n’y a pas très longtemps la Coquette. Bilan des dernières intempéries à Annaba : quatre morts. Cette ville subit, jour après jour, les aléas de la nature mais également l’incivisme de certains qui se soucient peu de la dégradation de l’environnement, la rendant du coup peu hospitalière. Les pluies qui s’abattent à chaque fois sur la région sont à l’origine de la dégradation de l’état des rues et ruelles, à travers les quartiers populaires notamment. Insalubres et inondés, ils vécus hideux à voir. Que de désagréments sont à chaque chute de pluie et vécus tout particulièrement par les habitants de ces quartiers populaires qui sont les plus touchés.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter