Articles similaires

Nationale

#TITRE

601

Cours de rattrapage : inquiétude chez les parents d’élèves

24 octobre 2018 | 23:31
EducationBenghabrit Lynda Louifi


La dernière décision de la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit sur l’obligation d’organiser, les samedis et mardis après-midi, des cours de mise à niveau au profit des élèves des première et deuxième années primaires et ceux de la première année moyenne en difficulté d’assimilation a partagé, cette fois encore, la famille éducative.


Entre syndicats rejetant l’instruction et parents d’élèves saluant l’initiative, ces cours gratuits ne seront que bénéfiques pour la grande partie des élèves qui n’arrivent pas à suivre en classe et surtout, qui n’ont pas les moyens financiers de prendre des cours particuliers, estime Khaled Ahmed, président de l’Union nationale des associations de parents d’élèves. Selon lui, l’idée est bonne mais mérite un peu plus de réflexion sur les mécanismes de sa mise en place. « Le rattrapage pour les élèves faibles et ceux absents pour des raisons diverses est une bonne chose, étant donné que cela évite aux parents de payer des cours supplémentaires. Toutefois, sa mise en place a besoin de beaucoup de mécanismes. Nous sommes contre l’organisation de ces séances les jours de repos des élèves, mais plutôt durant les jours de semaine. Pour ce faire, nous demandons, dans ce sens, de rétablir l’ancienne semaine, qui débute le samedi », a-t-il expliqué. Les syndicats de l’éducation, qui rejettent l’instruction de Benghabrit, dénoncent le fait que la ministre continue de prendre des décisions unilatéralement, estimant que ces cours sont pédagogiquement inapplicables. Pour le chargé de communication du Cnapeste, la décision du ministère va « créer l’anarchie dans les établissements scolaires et ne va en aucun cas résoudre les problèmes de l’école algérienne ». Messaoud Boudiba estime qu’il est impossible pour les enseignants, dont l’emploi du temps est déjà surchargé, de l’appliquer. « Nous la rejetons car elle vient au détriment du repos des enseignants et des élèves. C’est une décision incohérente et mal fondée », a-t-il précisé. Pour sa part, le secrétaire général du Conseil des enseignants des lycées d’Algérie (Cela) a qualifié la décision du ministère de « non-sens » sur le plan pédagogique et « inapplicable » sur le terrain. « Nous avons un problème de surcharge. Travailler les samedis et les mardis après-midi n’est pas pour aider les enseignants et les élèves. Il faut penser à la base et réduire le volume horaire déjà très élevé et insupportable pour les enseignants et les élèves », a indiqué Achour Idir. Selon lui, les élèves ne peuvent plus suivre le régime scolaire. « Nous sommes en train de sanctionner nos enfants en leur ôtant le droit aux activités ludiques susceptibles de développer leur créativité et leur imagination », a-t-il soutenu. Autre problème, selon le Cela : Le ministère n’a pas précisé comment cette remédiation sera mise en place et surtout par qui. « Ce type d’activité nécessite un accompagnement pédagogique. Faut-il recruter de nouveaux enseignants ou seulement se contenter de renforcer les effectifs en place ? Ces derniers seront-ils rémunérés ? C’est autant de questions qui restent sans réponses », a regretté Achour Idir.


Le ministère de l’Education nationale s’est expliqué à travers son inspecteur en charge de l’enseignement fondamental, Kacem Djahlan, qui affirme la non-obligation de ces cours de rattrapage destinés aux élèves qui présentent des lacunes dans les matières essentielles (mathématiques, arabe, français, physique). Kacem Djahalan précise que ces séances pédagogiques, pour les élèves déficients, étaient décidées sur recommandations des inspecteurs, ajoutant qu’elles devaient au préalable donner lieu à une « concertation entre le directeur de l’établissement, les enseignants, les élèves et les parents d’élèves ».

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter